Nilda Fernandez  Forum Index du Forum Nilda Fernandez Forum
Nilda Fernandez Forum du site de référence http://site.voila.fr/flash_news_nf/ 1999 -- 2010
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Site de références  




Concerts Actualité CD Discographie Biographie Presse

                                                
Nilda Fernandez Forum
Le site de référence
du Flash News

Flash_News_nf lien

         
                
                                                

Septembre 2008
Après près de 10 ans de bons et loyaux services

le Flash-News-nf étant un site à structure ancienne, il ne bénéficiait plus
des avantages des nouvelles technologie de l'internet et devenait
trop compliqué à gérer dans ces conditions.

Bien que le transfert de toutes les données et la mise en place d'un
nouvel espace prennent un temps certain si ce n'est un certain temps
cela devenait urgent.

Donc voilà, c'est fait !

Le Flash_News_nf reste en place mais la nouvelle structure xooit est opérationnelle
et va peu à peu prendre le relais. Toutes les infos, dates des concerts, photos,
vidéos, dossier de presse, discographie générale et par produits, livres,
biographie complète, pour un visionnement clair, facile et convivial ouvert à tous
sans inscription. Pour les membres qui s'inscrivent, une grande facilité pour
poster tous leurs matériels ou leurs messages, un espace privé avec mail
interne et bien d'autres possibilités et topics super-sympas.

Donc voilà, je me réjouis de vous retrouver sur le Nilda Fernandez Forum
et vous souhaite une agréable visite.

A très vite.
Chris

Flash_News_nf lien



  
 
 


     
Nilda Fernandez presse 2010
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nilda Fernandez Forum Index du Forum -> Nilda Fernández -> Nilda Fernandez Revue de presse / Biographie 1991-2010
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Camélia



Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832

MessagePosté le: Lun 8 Fév 2010, 09:00    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant

Revue du message précédent :



Nilda Fernandez, un vrai artiste



Bravo monsieur Fernandez, super album, supers textes, super voyage en musique!



Waouh enfin...
C’est avec beaucoup d’émotion que je me suis retrouver grâce à OBIWI, face à ce poète Nilda Fernandez, ce magicien des mots. C’est l’ALBUM qui vous fait voyager malgré vous on s’en prend plein les oreilles, il y a mille sons, mille émotions, mille éclats de rire.
Me voilà devant cet ALBUM comme devant une toile de Nicolas de Staël, je me retrouve transportée dans une ambiance, dans un tourbillon de couleurs et puis il y a ces odeurs de thym, de mer, de fleurs, de terre chauffée par les rayons du soleil. Je rentre dans cet album et je sais qu’il ne peux plus rien m’arriver, me voila protégée comme un enfant dans la cour de récré qui sent le regard et la présence de son grand frère bienveillant, je saute à pieds joints d’une chanson à l’autre et en profite pour éclabousser les copains. Cet ALBUM et un véritable billet de voyage aux multiples destinations. Merci MONSIEUR Nilda Fernandez pour tout ça, votre simplicité et votre poésie.
PS: merci aussi pour cette discussion sur la peur du noir avec Charline.

http://www.obiwi.fr/culture/musiques/85424-nilda-fernandez-un-vrai-artiste?…








Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 8 Fév 2010, 09:00    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Lun 8 Fév 2010, 09:04    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant



NILDA FERNANDEZ | 31 janvier 2010





Ah hier j'ai aussi craqué pour le dernier album de Nilda Fernandez que j'ai découvert ce matin ... quel réveil exquis avec cette voix unique que j'aime tant .. une voix qui a gagné en assurance, en ampleur et en tessiture, une voix envoûtante qui vous capte sans vous lâcher ..

L'album comme tous ses précédents est une invitation au voyage .. je retrouve avec plaisir ces musiques un peu baroques, un peu tziganes, aux accentuations ibériques, qui vont parfois flirter du côté de l'océan, du cirque, d'ici et d'ailleurs ... je retrouve avec plaisir ce style qui m'a toujours plu ... à la toute première écoute, tout me paraît très bien mais bon j'attends quelques écoutes supplémentaires pour me faire une opinion plus accrue sur chaque titre mais d'emblée certains se détachent : Plages de l'Atlantique, Berceuse, Elle m'aimait plus .. faut que je le réécoute .. !!!!!!! très vite !!!!! (et puis j'aime le livret, le visuel correspond tellement au contenu ... !!)

Et puis il était temps qu'il sorte un nouvel opus les autres ont tellement tourné sur ma platine qu'ils sont usés jusqu'à la substantifique moëlle !!

C'est un artiste que je suis depuis ses tout débuts .. depuis le titre Nos fiançailles qui m'avait tilté à la toute première écoute .. depuis ce fameux concert à Erbalunga en Corse où il nous avait bal(l)adé à travers tout le port ... depuis cette rencontre inattendue sur la Canebière alors que je montais à l'Odéon pour l'applaudir ...

Je l'aime du plus profond de mon coeur tant il m'a aidée et accompagnée depuis toutes ces années d'errance ...



http://www.blogg.org/blog-60066-billet-nilda_fernandez-1143794.html


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Lun 8 Fév 2010, 09:17    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant



Nilda Fernandez: Je n'ai jamais eu envie de " faire un trou" car c'est le meilleur moyen d'y tomber.




Après un long silence discographique ( 10 ans ! à méditer pour ceux qui me demandent toutes les 5 minutes quand sortira mon prochain LP ...) Nilda Fernandez est de retour chez Harmonia Mundi avec une album éponyme. Il a gentiment accepté de répondre à mes questions en une phrase ou presque...


1 ) Tu as fais un premier album au tout début des années 80, un quarante cinq tour en 87 puis tu rencontres le succès en 91. Quand tu te retournes et que tu regardes ta carrière , qu’est ce que tu te dis ?

Je me dis que je suis heureux de ce que j'ai fait. Je n'en regrette ni ne renie pas une seule escale. Je comprends tout.


2 ) On entend souvent dire qu’il était plus facile de faire son trou dans le petit monde de la musique avant… Quel est ton avis sur la chose ?

Je n'ai jamais eu envie de " faire un trou" car c'est le meilleur moyen d'y tomber. Je n'ai pas l'impression que c'était plus facile " avant" . Au contraire.

3) Andalousie , Argentine,Russie , tournée en roulotte, rien qu’en lisant ta bio, on voyage. J’aimerai que tu m’en dises plus là-dessus. Sur la place que tu donnes au voyage dans ton parcours artistique. Mais pourquoi Nilda Fernandez ne tient pas en place ?

Je ne tiens pas en place car j'ai deux pieds pour ça. La curiosité des situations inconnues me pousse toujours devant.

4) En 99, tu sors « mes hommages ». Une démarche touchante, assez peu d’artistes dévoilent pour ne pas dire affichent de cette façon leurs influences. Quel sens donne tu à ce disque ?

Avant le passage du siècle millénaire, je faisais une sorte de bilan de ma propre envie de chanter. Je faisais la planche, en quelque sorte.

5) Crise du disque , téléchargement illégal… Est-ce que cela parle à Nilda Fernandez ?

Ce qui me parle, ce sont les autres crises beaucoup plus générales. Elles touchent beaucoup de gens, pas seulement une industrie responsable, ces dernières années, de beaucoup de catastrophes.

6 ) Le 8 janvier, tu sors un nouvel album chez Harmonia Mundi. Tu viens donc rompre un silence discographique de 10 ans. J’ai quand même une question qui me brûle les lèvres : Pourquoi avoir déserté nos platines CD si longtemps ?

La peur de l'ennui et les voyages qui la conjurent.

7) On vend aujourd’hui les titres à l’unité sur les sites comme Itunes. ? Es tu attaché à la notion au concept d’album et à l'objet Disque ?

Tout de même oui. La totale dématérialisation de la musique n'est pas souhaitable.


http://bidibulemusic.blogspot.com/2010/01/nilda-fernandez-je-nai-jamais-eu-…







Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Lun 8 Fév 2010, 09:40    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant



Nilda Fernandez au Café de la Danse




Le « Café de la Danse » : rien que le nom sonnait bien, résonnait bien pour moi : cette salle m'avait fait vivre de beaux moments en 2008, avec le concert de Gabriel Yacoub à la sortie de son album « De la nature des choses ».

Nilda Fernandez, je l'avais vu pour la première fois en live il y a quelques mois : gros coup de coeur, de ceux qu'on sent durables, la certitude que je n'allais pas en rester là. Certitude confirmée par la découverte de son nouvel album, superbe.

L'idée d'aller à Paris, d'y retrouver des fans avec qui j'ai sympathisé, et de passer un peu de temps à la capitale achève de me décider. En route !

Je n'ai pas regretté. Il fait un froid polaire à Paris, un vent glacial, mais c'est toujours un plaisir d'y venir : je n'y ai que de bons souvenirs, je n'y vais que pour de bonnes raisons ! Retrouver les rues animées de la capitale, marcher dans cette ville au milieu de toute cette vie, j'aime. Rencontre sympathique et chaleureuse avec Patchouli et ses amis, fans assidus de Nilda. Longue attente dans le froid, devant la salle, à se geler les orteils : mais c'est qu'on veut des places devant !

Enfin nous y sommes : dans la salle, au chaud, et devant. J'ai plaisir à retrouver cette salle, un bel espace d'allure sobre, gradins rouges et noirs, charpente apparente, haut mur de pierre en fond de scène. Le décor est posé : un paravent couvert d'un foulard fleuri rouge et noir, un mannequin de couture.

A mesure que l'heure approche, la scène et la salle s'emplissent de fumée-décor, et le bruit de fond se précise : sons métalliques, coups de frein, sifflets, bruits de voix : c'est un univers ferroviaire, nous sommes dans une gare ! Par le côté de la salle, une pochette de guitare à la main, habillé d'un long manteau, Nilda arrive et monte sur scène d'un pas décidé. Il ôte manteau et foulard, qu'il pose sur le mannequin, enfile une veste colorée, et déballe sa guitare.




Seul, ou plutôt « en duo avec sa guitare », il nous emmène en voyage, égrène les chansons en les enchaînant par deux ou trois, tant les univers musicaux et les tranches de vie / tranches de rêve s'y répondent... Il les prolonge par des impros guitare-voix tirant vers le flamenco, nous emmène vers le sud avec Madrid, quelques couplets en espagnol et les vers de Federico Garcia Lorca. L'interprétation de Nilda est toujours aussi expressive et touchante, et le jeu de lumières accentue l'émotion.





Il y mêle une ou deux chansons du nouvel album. On en attend d'autres : il accueille alors le guitariste Serge Lopez, ami et complice ayant participé à l'album auquel il apporte sa touche de talent et la sonorité de son jeu de guitare rythmé et coloré.





Toux deux s'assoient au plus près du public, au bord de la scène, pour un duo enthousiaste et enthousiasmant, nous déroulant une bonne partie du nouvel opus. Entre chansons sensibles et morceaux plus rythmés, le public est conquis, bat des mains et des pieds, applaudit à tout rompre.


Après rappels nourris, toute la salle debout, saluts et re-saluts, quand la lumière revient, on se sent heureux d'être là, d'avoir vécu ce moment... de magie.

Merci Nilda !




Cath

01 2010


http://cath-grains-de-sel.blogspot.com/2010/01/nilda-fernandez-au-cafe-de-l…



Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
MC
Estrella2
Estrella2

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 23
Localisation: Namur

MessagePosté le: Lun 8 Fév 2010, 09:48    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant

merci pour tous ces articles!!

"Range dans ta mémoire, mon seul regard...
Range dans ton souvenir, mon seul sourire."
Revenir en haut
Chris
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2008
Messages: 824
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Lun 8 Fév 2010, 15:27    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant

 
Ola Caméia , quel boulot !!!  un grand merci  nilda2 , tu as mis le turbo ce matin nilda 9
 

  


<center>


*** C'est un Soleil qui s'est levé pour illuminer nos nuits ***</b></center>
<br>
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Mar 9 Fév 2010, 20:08    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant


Nilda Fernandez…




Nilda Fernandez !!! Sacré bonhomme ! Avec ce nouveau CD éponyme, il éclabousse la chanson française de son inégalable talent. C’est un des meilleurs albums que j’aie entendus depuis longtemps. Je suis allé jusqu‘au bout cherchant en vain une chanson qui soit un peu plus faible, un peu moins originale, un peu moins bien écrite… Bernique ! Comme chez Brassens « il n’y a rien à jeter » !
Nilda Fernandez est un être à part ; un des derniers grands aventuriers modernes. Anti-showbiz par excellence, il porte sur le système et ses marchands du temple un regard détaché et plein de malice. Il ne sera jamais le Rastignac de la chanson. Il poursuit son parcours, un pied sur la route, l’autre sur le bas-côté, prompt à emprunter le moindre chemin de traverse. Il ne regarde alors jamais en arrière, il avance, avide de nouvelles rencontres, curieux de nouvelles cultures. Ses pas le mènent en Argentine, en Russie, à Cuba… Il joue même sa carrière à la roulotte russe.
Pourtant, il y aura bientôt dix ans, en dépit de sa façon distanciée de se plier aux règles du jeu, il s’est fait rattraper par la patrouille : Grand prix de l’Académie Charles Cros et Meilleur espoir masculin aux Victoires de la Musique. C’était trop d’un coup. Pas son genre de s’installer dans un confort douillet. Alors, pas très académique, il a gardé les crocs et le statut d’Espoir. Le mot lui plaît. Il préfère être un éternel espoir qu’un con-primé.
Nilda Fernandez est un poète, mais un poète lucide. Il n’est dupe de rien. Don Quichotte n’est pas son modèle. Il va où bon lui semble.

Mais, surtout, là où Nilda Fernandez existe le plus et le mieux, c’est sur scène(*). Seul avec sa guitare, son double, sa prothèse; la maîtresse avec laquelle il s’accorde le mieux, il irradie l’espace de toute sa flamme. Sa voix, si reconnaissable entre toutes, caressante, feulante ou péremptoire, est mélodie. Et puis il y a sa façon d’être, toute simple, sans apparat, et sa manière de communiquer, toute simple, sans apparat. C’est un conteur né au verbe précis et imagé. Il fait de chacun de nous son confident, son complice, son ami. Il faut voir avec quelle ferveur le public – surtout les femmes – aime s’approprier ses mots pour les lui renvoyer amoureusement. Et tout le monde est heureux, nous et lui. C’est ça l’échange, le partage, la messe au sens laïc du terme. Nilda Fernandez, c’est la chanson à l’état brut, à l’état pur, la chanson dans son essence même. Une guitare, de jolies chansons, une voix unique et de l’amour, beaucoup d’amour. Et le tour (de chant) est joué.
Un seul mot le résume en tout cas : talent…
(*)Nilda Fernandez se produira à la Cigale le 12 avril.

Au fait, il serait peut-être temps de parler de l’album, de cette pure merveille. J’en fais des tonnes ? Que nenni ! Du miel pour trompes d’Eustache. Je vous jure que je suis objectif, que je n’ai pas été payé et que je n’ai pas fumé...


1/ Plages de l’Atlantique. C’est LE tube. Une chanson entraînante, mélodieuse à cœur, idéale pour la scène. Elle vous rentre dans la tête sans effraction et elle s’y installe. Refrain absolument imparable. C’est beau, c’est frais. Et puis, il y a quelques délicieuses séquences de guitare(s), ne serait-ce que l’intro.

2/ Plus loin de ta rue. C’est l’autre facette du pseudo matamore, la touche romantique. Interprétée avec une certaine retenue, une forme de pudeur. C’est tout doux, gentiment délicat. Le garçon a la rupture discrète, une manière faux-cul feutrée de prendre la tangente. L’écriture, avec ses variations sur les mots en « anse », est ciselée. Autre réussite, le mariage entre mandoline italienne et guitare.

3/ Laissez-moi dormir. Chanson d’ambiance, très tonique, qui cousine audacieusement avec la musique manouche, guitare énervée bien devant. Ça avance tout le temps, ça dépote. Ça fout la pêche alors que le pauvre gone émigré se désespère de la vie parisienne et de son agitation. C’est vif, léger et primesautier, on ne sent pas la fatigue du gars qui manque de sommeil.

4/ Je lui raconte. Plus qu’une chanson d’amour, Je lui raconte est un véritable poème d’amour. Quelle déclaration ! Quelle écriture ! « Elle prend mes yeux dans sa pupille », « Elle prend mes lèvres dans sa rivière »… On entend rarement des phrases de cette force dans une chanson. C’est magnifique qu’un homme puisse déclarer tout ça à la femme absolue. Et puis quelle sensualité ! Au-delà des mots que l’on savoure, il y a des images que l’on se projette. Et la mélodie, empreinte de douceur, épouse parfaitement l’intention (écoutez la vibration de la basse).

5/ Berceuse. Evidemment, Nilda ne nous a pas concocté une berceuse classique, conventionnelle. C’est une berceuse d’hidalgo qui s’apparente presque à une séguedille. Altière, fraîche et sautillante, je doute fort qu’elle ait des pouvoirs soporifiques sur le bambin. Il l’interprète comme s’il plantait des cotons-tiges en guise de banderilles. Avec une telle berceuse, « ce petit garçon-là » a sa destinée toute tracée : il sera toréador… Aïe, la la la la… A noter le délicat mariage entre l’accordéon et la guitare.

6/ Si tu me perds. Là encore la plume est mouillée à l’encre si sympathique de la poésie. C’est délicieusement mélancolique. Cette fois, c’est la peine qu’il a discrète. Par pudeur et/ou peut-être un peu par fierté, il ne va pas se mettre à pleurer des rivières, fussent-elles l’Amazone, mais juste un petit ru fragile et délicat. C’est plus retenu, mais la douleur est aussi présente. Mais, une fois de plus, il nous sort une pirouette de son sac à malices, en intervertissant le « tu » avec le « je », ce qui a le don de rendre la chanson encore plus troublante… Là aussi, superbe partie d’accordéon.

7/ Où tu habites.
Dans cette chanson d’apparence éthérée, Nilda glisse quelques messages qui rendent le texte bien plus profond qu’il ne paraît à la première écoute. Mais à qui donc peut bien s’adresser cette chanson ? J’ai certes ma petite idée. C’est de Dieu qu’il s’agit. C’est son côté Catalan. Il L’interpelle carrément, il cherche où Il pourrait bien se cacher. Et c’est toujours très respectueux… Bien qu’il quémande une réponse, on sent que la démarche est illusoire. Et puis il y a le dernier couplet. Une merveille de subtilité, le raccourci magistral. Après tout, Dieu n’est-il pas sensé être en chacun de nous. A vos miroirs ! Avec les chœurs en anglais, cette chanson prend de fort jolies allures beatlelisantes.

8/ Le baiser sous le lilas. Ici, Nilda joue un peu au grand frère raisonnable et protecteur. Avec son expérience, il sait qu’il ne faut pas trop attendre de la vie, qu’elle comporte une grande part de cinéma et de mensonge. Alors, devant la frilosité et la fausseté des sentiments, il faut savoir apprécier les vraies valeurs toutes simples, comme un baiser sous le lilas. Avec son refrain swinguant, c’est une chanson qui fonctionne très bien sur scène.

9/ Le monde est ce qu’il est. C’est sans doute la chanson la plus réaliste parce que la plus descriptive. Attentif à l’évolution de la nature, Nilda plante un décor. C’est une petite page intime, qui part de l’infiniment petit, qui parle de choses que l’on ne voit presque pas. Quelle est la dimension d’un médiator qui vous échappe des doigts face à l’immensité insondable de l’univers ? Et pourtant, c’est ennuyeux de perdre son médiator. Comme tous les poètes, Nilda sait happer ce qui est beau sur terre, même si ce n’est pas grand-chose. Et tant qu’il y aura une fille qui tourne joyeusement autour d’un feu de brindilles, il y aura de l’espoir en la vie.

10/ Elle m’aimait plus. Cette fois, elle est finie la souffrance discrète. Une fois la rupture avérée, pourquoi envelopper sa peine dans du papier cadeau. Cette chanson est pleine de violence. Une violence qui sourd à travers des mots durs, des mots crus : « on se traîne », « on salit », « on tue », « rauques », « fuyait », « englauque », « morte chandelle »… Il exhale tout le fiel de son amertume. Il saigne de toute sa douleur… Et là encore, pirouette finale. C’est plus fort que lui. Le salut est dans le sursaut. Serait-il devenu un indécrottable optimisme ou un adepte de la méthode Coué ? Positivons !

11/ Derrière ma fenêtre. J’aime bien quand il fait le modeste : « Je regrette de ne pas être poète ni musicien ». Il est gonflé, lui ! Ce doit être du vécu, quand la muse se fait un peu tirer l’oreille et que l’on gratte nonchalamment sa guitare en attendant que Dame Inspiration cesse de bouder. Par défaut d’originalité, il nous étale sa culture, cite une sorte de florilège : Shakespeare, Apollinaire, le pont Mirabeau, les sanglots longs des violons, la fée Carabosse… Derrière ^sa fenêtre, pour meubler son attente, un contemplatif gamberge et dissèque ses états d’âme. Ça donne une chanson légère et amusante avec un arrangement plutôt cocasse et fringant. Une superbe chanson de fin. Rideau !


Publié par Critikator à l'adresse 17:00
Libellés : Chanson



http://critikator.blogspot.com/2010/02/nilda-fernandez.html


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
MC
Estrella2
Estrella2

Hors ligne

Inscrit le: 26 Oct 2008
Messages: 23
Localisation: Namur

MessagePosté le: Mer 10 Fév 2010, 07:42    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant

nilda3

"Range dans ta mémoire, mon seul regard...
Range dans ton souvenir, mon seul sourire."
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2010, 07:44    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant



Nilda Fernandez…. Le voyageur se pose… Nouvel album disponible !!!



Il y a des retours qui font du bien et des absences trop longues. Nilda est de ces artistes qui manquent, mais qui nous reviennent, dans son cas, après une pose discographique trop longue. Bien sur l’homme tourne, de concerts en villes et pays. Parcours le monde s’influence et nous offre des sons, des mélodies ; nous invitant au voyage…

A découvrir ses voyages…

nilda-fernandez



En effet, outre les plages musicales de couleurs différentes, les titres se lient ensembles, s’assemblent entre vagues et portes de métro qui se ferment… Entre Moscou et océan, Féria, Gênes et Vendée en cour d’école et Bourgogne, ici et ailleurs… Le retour présent et entier d’un artiste qui a eu le temps de murir et de ciseler ses textes – avait-il besoin d’autant de temps ? – car la poésie offerte par Nilda depuis le début des années 90, est toujours aussi émouvante…. Nilda_Fernandez_2





Et que dire de la réalisation, des musiciens et autres choristes présents sur l’ensemble des titres ! Un pur régale… Les guitares électriques ou flamenca, les mandolines, les violons, les cuivres, pianos, accordéons… Un retour au source de l’instrument qui réchauffe…. comme un bon feu de bois le soir d’un trop long hiver….

2009 – Produit par Nilda Fernandez – Licence : Dièse Records – Distribution : Harmonia Mundi

http://dezartthomaswagnerblog.spaces.live.com/Blog/cns!92882EAE51310B4A!716…


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2010, 07:47    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant



Musique
Nilda Fernández : Gospel d’aujourd’hui

Éric Tandy - publié le 07/01/2010

Nilda Fernández est un chanteur insaisissable. Demeuré marginal, malgré d’énormes succès dans les années 1990 (Nos fiançailles, Marie-Madeleine ont longtemps été diffusées en radio), ce natif d’Andalousie, arrivé très jeune en France, a toujours préféré mener sa barque comme il l’entendait. Refusant de se plier aveuglément aux stratégies marketing imposées par les maisons de disques. On l’aura ainsi vu faire des tournées dans une roulotte ou mettre en musique des textes de Federico García Lorca. Passionné de voyages, il s’est aussi bien produit à Cuba qu’en Argentine. Plus récemment, il a vécu en Russie. Mais c’est en Italie qu’il a enregistré son dernier album. Il y évoque sa vie personnelle tout en jetant un regard large sur ce qui nous entoure : « Parce que l’histoire collective finit toujours par relativiser l’histoire individuelle. » Sa vision ne se départit pas d’un pessimisme qu’il ne dissimule aucunement. Ainsi, dans Plus loin de ta rue, il parle sans détour de « monde en délire » ou de « monde en faillite ». Mais c’est le texte d’Où tu habites qui retient d’abord l’attention. Nilda Fernández s’interroge sur la présence de Dieu : « Quand je regarde vers les étoiles/Je comprends que tu n’y es pas/Tu ne peux pas habiter aussi loin que ça » « On nous dit qu’Il est dans la nature, relève le chanteur. Qu’Il est dans les cathédrales, alors que, selon moi, l’idée d’un esprit créateur et initial dépasse de loin tout cela. Je pense qu’il faut beaucoup d’arrogance pour dire où est Dieu et qui il est ! »
Descendant d’une communauté protestante espagnole, l’artiste présente cette chanson, sur laquelle on entend à la fois l’orgue de la cathédrale de Gênes, un Notre Père enregistré à la cathédrale de Séville et des bruits de corrida et de spectacle de flamenco, comme « une sorte de gospel d’aujourd’hui : profane et sacré y sont mélangés, comme le veut la loi du genre… »
À écouter

Nilda Fernández, Harmonia Mundi, 16 €.


http://www.lavie.fr/hebdo/2010/3358/nilda-fernandez-gospel-d-aujourd-hui-06…


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Jeu 11 Fév 2010, 07:50    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010 Répondre en citant


L'esprit d'escale

Rédigé par Olivier Maison le Samedi 23 Janvier 2010


Nilda Fernandez, c'est cette voix androgyne qui fut consacrée en 1992 meilleur espoir de la chanson française aux Victoires de la musique. Quelques tubes plus tard (Mes yeux dans ton regard, Nos fiançailles), Nilda disparaît de la scène médiatique pour des projets artistiques qui l'emmèneront au bout du monde. Après un détour par le Canada et Cuba, il arrive en Russie pour donner quelques concerts. Il y restera cinq ans. " Je ne finirai jamais de justifier mes hasards ", explique-t-il.

Lorsqu'on lui propose de devenir propriétaire de son appartement, ce nomade refait ses bagages. Il revient à Paris, compose des chansons, les met en musique à Bruxelles et les enregistre en Italie. Chaque chanson est une carte postale inspirée par un bruit familier ramené de ses lieux d'escale : un cri d'oiseau, les bruits d'une gare, les cloches d'une cathédrale. Sa voix unique et son talent ont résisté aux années. De son tour du monde, il rentre avec, dans ses bagages, de superbes ballades inspirées par une vision bienveillante de ses contemporains. " Le monde est ce qu'il est/T'aurais tort de dire qu'il est laid ", chante-t-il. Les voyages forment la tendresse.

Nilda Fernandez, de Nilda Fernandez, Harmonia Mundi.


http://www.marianne2.fr/L-esprit-d-escale_a184289.html


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:33    Sujet du message: Nilda Fernandez presse 2010

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nilda Fernandez Forum Index du Forum -> Nilda Fernández -> Nilda Fernandez Revue de presse / Biographie 1991-2010 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SpaceDarkBlue by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com