Nilda Fernandez  Forum Index du Forum Nilda Fernandez Forum
Nilda Fernandez Forum du site de référence http://site.voila.fr/flash_news_nf/ 1999 -- 2010
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Site de références  




Concerts Actualité CD Discographie Biographie Presse

                                                
Nilda Fernandez Forum
Le site de référence
du Flash News

Flash_News_nf lien

         
                
                                                

Septembre 2008
Après près de 10 ans de bons et loyaux services

le Flash-News-nf étant un site à structure ancienne, il ne bénéficiait plus
des avantages des nouvelles technologie de l'internet et devenait
trop compliqué à gérer dans ces conditions.

Bien que le transfert de toutes les données et la mise en place d'un
nouvel espace prennent un temps certain si ce n'est un certain temps
cela devenait urgent.

Donc voilà, c'est fait !

Le Flash_News_nf reste en place mais la nouvelle structure xooit est opérationnelle
et va peu à peu prendre le relais. Toutes les infos, dates des concerts, photos,
vidéos, dossier de presse, discographie générale et par produits, livres,
biographie complète, pour un visionnement clair, facile et convivial ouvert à tous
sans inscription. Pour les membres qui s'inscrivent, une grande facilité pour
poster tous leurs matériels ou leurs messages, un espace privé avec mail
interne et bien d'autres possibilités et topics super-sympas.

Donc voilà, je me réjouis de vous retrouver sur le Nilda Fernandez Forum
et vous souhaite une agréable visite.

A très vite.
Chris

Flash_News_nf lien



  
 
 


     
Nilda Fernandez Presse 2009
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nilda Fernandez Forum Index du Forum -> Nilda Fernández -> Nilda Fernandez Revue de presse / Biographie 1991-2010
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Camélia



Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832

MessagePosté le: Lun 25 Mai 2009, 04:11    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant

Revue du message précédent :



 

Ouest-France / Pays de la Loire / Nantes / Archives du mardi 19-05-2009

Nilda Fernandez, fier roi d'Aragon - Nantes
mardi 19 mai 2009




Complices ! Nilda Fernandez (à gauche), et Alan Simon, qui a écrit tous les morceaux du rock opéra Anne de Bretagne.


Le double album du rock opéra Anne de Bretagne sort aujourd'hui. Ma Dame, interprété par Nilda Fernandez, en est un titre phare.

Entretien

Nilda Fernandez, qui incarne le roi d'Aragon.

En découvrant le projet d'Alan Simon, avez-vous hésité en vous demandant dans quelle galère vous mettiez les pieds ?

Galère ? Vous voulez dire galion... Cela s'est fait de façon très naturelle. Il y a une vraie complicité entre nous. J'étais venu à Nantes enregistrer en studio. À la suite, nous avons enregistré Ma Dame, sans savoir si le projet aboutirait. Je ne me suis pas posé de questions. Je suis content d'avoir été là dès l'origine. Et cela ne me pose pas de cas de conscience d'incarner Ferdinand d'Aragon, unificateur de l'Espagne, honni de toutes les provinces.

Qu'avez-vous apporté aux chansons que vous proposait Alan Simon ?

Sur la chanson Ma Dame, je parle en espagnol, je lance des invectives, je fais des la la la la derrière. Pour Amerigo, j'ai fait une recherche sur le journal de Christophe Colomb. J'en dis des fragments, apportant ainsi cette espèce de vérité historique et documentaire.

Ma Dame donne vraiment l'impression d'avoir été écrite sur mesure...

Je l'ai interprétée tout de suite avec facilité. C'est peut-être un signe. J'ai trouvé qu'elle convenait bien à ma voix.

Elle s'imprime facilement entre les oreilles. Un futur tube ?

Je le souhaite. Ce serait alors un succès atypique, car cette chanson ne raconte pas une histoire d'amour, mais une aventure historique. Mais, pourquoi pas. J'ai l'habitude des succès atypiques.

Le titre trouvera-t-il sa place dans votre tour de chant ?

Si la chanson vient à m'identifier, je serai obligé de la chanter, comme cette chanson de Gérard Manset qu'on me demande souvent, mais que j'ai oubliée...

Des artistes de l'aventure Anne de Bretagne avec lesquels vous avez aimé travailler ?

Tous ! En particulier, j'ai beaucoup sympathisé avec Christian Decamps. Ange a un talent et une vitalité extraordinaires. Et puis les Tri Yann que j'avais vus ici, il y a longtemps, quand j'habitais à Nantes. Je ne chantais même pas.

Parce que vous avez habité à Nantes ?

Rue de l'Héronnière, à la fin des années 80. Une histoire personnelle, sentimentale...

Marc LE DUC.


SOURCE : ICI

  
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 25 Mai 2009, 04:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Dim 13 Sep 2009, 21:59    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant



 

Une bulle d'intimité autour de Nilda Fernandez - Pontivy
samedi 15 août 2009 Nilda Fernandez sortira un nouvel album en janvier 2010.





Ils étaient plus de cinq cents à s'approprier la place Anne-de-Bretagne, sous les accords de Nilda Fernandez, l'invité du festival de musiques de Pontivy, jeudi soir. Le célèbre chanteur des années 1990 a exécuté son retour sur scène, après plusieurs années passées à l'étranger, dans une mise en scène minimaliste.

Perché sur un tabouret et simplement accompagné de sa guitare, il a interprété de nouvelles compositions, portées par sa voix fragile et intense. Si de nombreux textes étaient en espagnol, il n'a cessé de dialoguer avec le public, racontant ses voyages, sa terre madrilène. De la douceur mélancolique aux rythmes endiablés de La Havane, les spectateurs se sont laissés embarquer.

Après le rappel, Nilda Fernandez s'est posté sur le devant de la scène et entonné Viendras-tu avec moi ? Les premières voix se sont élevées pour reprendre les tubes de l'artiste. Créant la surprise, il s'est ensuite assis sur le bord de l'estrade, sa guitare sur les genoux. Le public s'est approché en cercle. Dans cette bulle d'intimité, un mot revenait sur les lèvres : générosité. « On aurait dû commencer comme ça mais on est timides vous et moi », concluait le chanteur, visiblement ému.



http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Une-bulle-d-intimite-autour-de-…
 


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Chris
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2008
Messages: 824
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 13 Sep 2009, 22:28    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant

Merci Camélia nilda 27

<center>


*** C'est un Soleil qui s'est levé pour illuminer nos nuits ***</b></center>
<br>
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Ven 30 Oct 2009, 02:01    Sujet du message: LUDRES Répondre en citant

Que sait-on de Nilda Fernandez, avant d'aller le voir, l'écouter ?

Des tubes qui nous ont fait rêver, des grands yeux noirs sur une affiche... Et un timbre de voix limpide, qui monte haut ! Des chansons dont j'avais aimé le climat, la poésie, en français et en espagnol, émotions, évocations et images, et les mélodies, souvent soutenues par un instrumental riche et coloré.
Je me demandais un peu ce que ça pouvait donner, un concert de Nilda Fernandez, seul avec sa guitare.

Les Baladins, c'est une première, pour l'occasion disposent de la salle du luxueux Espace Chaudeau de Ludres. On y accueille un public plus nombreux qu'à l'accoutumée (bien que ce soit encore trop peu), et peu à peu, la salle se remplit.

(Une spectatrice me demande si on peut déposer sur scène, avant l'arrivée de l'artiste, un petit paquet de médiators pour la guitare, qu'elle a apporté : elle a vu le chanteur au concert de Metz la veille, il s'était plaint d'en manquer, elle veut lui en faire la surprise ! Je cherche à me renseigner, mais il n'y a personne à ce moment autour de la scène, absolument personne : une chance, car les hommes de la sécurité sont partout, sauf à cet instant. Je monte en vitesse sur la scène, les déposer sur le tabouret face au micro : et voilà ! )
Le noir se fait, le silence aussi. Serge vient présenter Les Baladins, et la soirée. Et puis Nilda entre en scène (il trouve les médiators, a un petit sourire et les glisse dans la poche de sa veste).

Il n'est pas très grand, il a un beau sourire, le regard immense, comme sur les photos... Et il a une tenue incroyable, pantalon pattes d'éph' à soufflet rose vif, une veste ouverte sur une chemise chamarée aux longues manchettes : c'est un peu tape à l'oeil, ce costume de saltimbanque, mais ça donne un style original et du charme,.
« Original »: ça pourrait bien définir Nilda, ça... si tant est qu'il se laisse définir ! Car il n'y tient pas trop apparemment. Serge vient de présenter un « spectacle intimiste ». Nilda le reprend gentiment, ce n'est pas tout à fait ça : que serait le contraire d'« intimiste » ? On ne sait pas, alors ce n'est ni ça ni le contraire. Et puis, un « spectacle » ? Plutôt des chansons. Précis, Nilda, il se méfie des étiquettes !

Les chansons, accompagnées à la guitare, vont se dérouler avec aisance et brio, je ne m'attendais pas à une telle interprétation ! De Valence à Barcelone, en passant par Madrid, des histoires vécues ou rêvées en chemin, des amours sur fond de mélancolie, des voyages et des rencontres à fleur de sensibilité : l'artiste excelle à nous les chanter en français et en mélangeant de temps à autre des bouts de phrase ou un couplet en espagnol : quelle élégance, quel plaisir à entendre, cette langue ! Et la voix ! Quelle tessiture, elle est claire et limpide, il en fait ce qu'il veut. L'accompagnement de guitare est varié et coloré, et il n'hésite pas dans son élan à enchaîner plusieurs chansons, ne nous laissant pas applaudir ni reprendre notre souffle : cela donne comme un film, un fil qui se déroule en continu. Nilda aime les voyages et nous le communique.

Il s'arrête pour nous raconter des bribes de sa vie : sa tournée en Russie, jusqu'au fin fond de la Sibérie, 11 fuseaux horaires plus loin... Celle dans le sud de la France, en roulotte, un choix pour prendre le temps de s'imprégner de chaque région, chaque paysage traversés.
Et puis sa passion pour Garcia Lorca, dont il va chanter avec talent et ferveur plusieurs poèmes magnifiques : c'est de l'espagnol mais on a l'impression de les connaître, de les comprendre, tellement c'est chantant, et parlant.
Et aussi « Innu Nikamu », cet « humain chantant », d'un peuple amérindien, qui a donné son nom à un festival au Québec, célébrant leur culture en musique.



Avec tout ça, Nilda nous emmène, et nous fait voyager plus loin qu'on aurait cru...
Et comme « aller plus loin avec quelqu'un, c'est souvent aller plus près* », soudain il s'approche du devant de la scène et demande un peu de lumière dans la salle, pour être plus près des gens et les voir : pour ne pas chanter devant un trou noir, mais devant des visages aux expressions différentes, qui motivent pour continuer. Quelquefois, dit-il, devant ce trou noir, on perd l'envie, on ne sait plus pourquoi on est là ! Nous ayant vus, il s'assied sur le bord de la scène et poursuit... Bon, ce n'est pas un concert « intimiste », ne mettons pas d'étiquette, mais on retient son souffle, le moment est magique !

Dans le public, sur l'invitation de l'artiste, on prend plaisir à reprendre avec lui les chansons qu'on aime :
« Juste une ivresse
Pour que l'on cesse de boire
Une cicatrice
Pour que l'on puisse y voir
Où que l'on aille
Nos fiançailles »
...
« Quand tu veux tu m'appelles
Tu connais mon numéro
45 12 20 00
Quand tu veux tu m'entraînes
En face de toi dans un bar
Comme autrefois j'ai envie de te voir
De voir, de voir...
Mes yeux dans ton regard »
...
(Nilda feint de s'étonner : et oui, -presque- toutes les femmes de la salle ont retenu le numéro !)
...
« Faut que je t'invite à Venise
Avant que l'eau l'ait noyée
Avant que l'eau des banquises
Vienne couvrir le monde entier
On ira sur les jetées
Qui s'enlisent
(...)
Et de surprise en surprise
On se perdra dans les cartes postales
On voguera sur les canaux sales »

« C'est comme ça que la chanson termine, oui... » Nilda s'en excuse presque, mais pas vraiment, car « L'invitation à Venise », c'est effectivement une invitation un peu ironique, un soupçon de second degré la rend bien plus intéressante que si elle était tout miel et béate !
C'est une des richesses de la poésie de Nilda, ces sous-entendus, ces évocations qui laissent entrevoir, deviner sans dire, créent des images, des réflexions et nous laissent les poursuivre...



La soirée touche à sa fin, sans qu'on l'ait senti venir : deux heures se sont écoulées ! Avec deux chansons malicieuses, soi-disant pour enfants mais pleines d'humour et de parodie, Nilda se prête de bonne grâce aux rappels (malgré l'heure avancée et qu'il ne faut pas dépasser, vu les contraintes de la salle), jusqu'au moment où sa guitare n'a plus de son ! Malencontreux hasard, qui fait penser à une préméditation ou une intervention extérieure : mais non, Nilda nous le dira plus tard, ce n'était qu'une coïncidence, une panne de batterie ! Il est comme ça, Nilda, nature et sincère.

Malgré l'obligation désagréable de libérer la salle sans traîner, le public et Nilda se retrouvent au dehors pour quelques échanges chaleureux. Et l'équipe des Baladins l'invite autour d'une table conviviale : on parle de tout et de rien, Nilda parle volontiers, donne son opinion sur l'actualité, mais écoute aussi, s'intéresse à ses interlocuteurs. C'est un artiste riche d'humanité, de personnalité, attachant.
Le moment de se quitter arrive trop vite : j'ai vécu la soirée avec une joyeuse émotion, je me retrouve le lendemain avec un léger blues, comme quand on voit un ami repartir.

C'est qu'on venait pour un spectacle, avec en tête une image un peu floue, et on a trouvé bien autre chose : des chansons, et une vraie belle rencontre.


Cath
octobre 2009


*Jacques Salomé

Publié par Cath
Passion-partage : [url:8359b78964=http://cath-grains-de-sel.blogspot.com/search/label/Passion-partage]http://cath-grains-de-sel.blogspot.com/search/label/Passion-partage[/url:8359b78964]




Merci Cath pour ce beau moment de lecture !!!


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Lun 21 Déc 2009, 18:28    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant


Nilda Fernandez, "Nilda Fernandez"

Nilda Fernandez est un artiste insaisissable, jamais où on l'attend, à Cuba, à Moscou, en roulotte. Mais l'attendait-on encore au bout de cette décennie de silence, du moins sur un disque ? J'avais eu un choc artistique à l'écoute de « Castelar 704 » sa mise en musique de poèmes de Garcia Lorca. Il y a dix ans tout juste.




Nilda Fernandez, "Nilda Fernandez"
Ce nouvel album sobrement intitulé « Nilda Fernandez », en français dans le texte, reprend ici les choses subtiles qu'il avait laissées résonner jusqu'à aujourd'hui. Son background hispanique, esquissé ça et là, la subtilité de son interprétation où chaque note chantée est déposée avec une grâce peu commune. « Plages de l'Atlantique » nous remémore la voix androgyne de Nilda tout en évoquant le voyage avec quelques licks de guitares espagnoles. « Plus loin de ta rue » continue dans la musique latino. « Laissez-moi dormir » avec son accordéon nous transporte à Paris, « Je lui raconte » prend une allure bluesy. Autour de ces tonalités là, les onze chansons de ce disque, ondoyantes et rassembleuses, font montre d'un talent d'écriture aiguisé et d'un sens de l'instrumentation magistral. Parfois rêveuses, parfois enjouées, tournoyantes comme « si tu me perds », pétries de sens comme la magnifique « le monde est ce qu'il est », véritable hymne à la tolérance ou la métaphysique« Où tu habites ». Dix ans à attendre un tel chef d'oeuvre, il semblerait que l'attente en valait le coup.

www.nildafernandez.com


http://www.musiciens.biz/Nilda-Fernandez,-Nilda-Fernandez_a2812.html




Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Mer 23 Déc 2009, 19:30    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant

Un nouvel album en Janvier pour Nilda Fernandez

* décembre
* 23

12:20 Disques, Musique

J’avais découvert Nilda Fernandez avec la sortie de son premier album simplement intitulé Nilda Fernandez. C’était en 1991, j’étais à la Fnac Montparnasse et il y avait ce titre « Madrid Madrid » qui passait… Aussitôt, j’ai trouvé cette voix superbe : atypique, presqu’androgyne et à la limite de la fêlure. Je demande alors au vendeur qui est ce chanteur… Et voilà comment j’ai fait connaissance avec Nilda Fernandez. Finalement, ce jour-là, je suis repartie avec le disque sous le bras… Et quelques mois plus tard, j’allais même le voir en concert dans une toute petite salle de banlieue. Depuis, je dois avouer que j’avais un peu perdu de vue le parcours de Nilda Fernandez. Et voilà que ce nouvel album débarque dans ma boîte aux lettres… En attendant de vous dire ce que j’en ai pensé, voici le communiqué de presse. Et sachez qu’il passera en concert à Paris par deux fois : au Café de la Danse le 26 Janvier puis à la Cigale le 12 Avril 2010. A vos agendas !

21 Janvier 2010 Maromme / Salle Beaumarchais
26 Janvier 2010 Paris / Café de la Danse
17 Mars 2010 Irigny / Le Semaphore
20 Mars 2010 Château Briant / Theatre de verre a Chateaubriant
03 Avril 2010 Albi / Pause Guitare
12 Avril 2010 Paris / La Cigale

Communiqué :

Doit-on dire que Nilda Fernandez revient ? Il est si souvent parti, si souvent ailleurs, si souvent de passage qu’il nous a donné l’habitude de le voir surgir comme par surprise, selon un calendrier qui n’appartiendrait qu’à lui. Voici donc son nouvel album en français, dix ans après Mes hommages, dans lequel il chantait ses aînés, de Ferré à Polnareff. Mais, depuis, sa vie a été un maelström d’aventures et de création. Il a vécu et chanté plusieurs années en Russie, il a monté un spectacle avec des artistes de cirque à Cuba, mis en scène Carmen avec des artistes de flamenco, bâti un spectacle avec des amateurs sur la mémoire de la ville d’Ivry, chanté ici ou là. Enregistré à Gênes, ce nouvel album prouve une fois de plus que Nilda Fernandez n’a pas essayé de refaire du Nilda Fernandez ; il a seulement accompli son devoir, « le devoir de renaître, de s’engendrer soi-même. » Pas de roublardise marketing ni d’appel du pied aux réflexes des fans : « Je suis artiste depuis la vie et pour la vie », dit-il, ce qui le conduit à mêler l’orchestre de cordes et la guitare flamenca, le ska et l’appel de la Méditerranée, le rock et les échos lointains de l’Est, des réminiscences de gospel et l’accordéon parigot.






http://blog.01audio-video.com/index.php/musique/un-nouvel-album-en-janvier-…


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:03    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nilda Fernandez Forum Index du Forum -> Nilda Fernández -> Nilda Fernandez Revue de presse / Biographie 1991-2010 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SpaceDarkBlue by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com