Nilda Fernandez  Forum Index du Forum Nilda Fernandez Forum
Nilda Fernandez Forum du site de référence http://site.voila.fr/flash_news_nf/ 1999 -- 2010
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Site de références  




Concerts Actualité CD Discographie Biographie Presse

                                                
Nilda Fernandez Forum
Le site de référence
du Flash News

Flash_News_nf lien

         
                
                                                

Septembre 2008
Après près de 10 ans de bons et loyaux services

le Flash-News-nf étant un site à structure ancienne, il ne bénéficiait plus
des avantages des nouvelles technologie de l'internet et devenait
trop compliqué à gérer dans ces conditions.

Bien que le transfert de toutes les données et la mise en place d'un
nouvel espace prennent un temps certain si ce n'est un certain temps
cela devenait urgent.

Donc voilà, c'est fait !

Le Flash_News_nf reste en place mais la nouvelle structure xooit est opérationnelle
et va peu à peu prendre le relais. Toutes les infos, dates des concerts, photos,
vidéos, dossier de presse, discographie générale et par produits, livres,
biographie complète, pour un visionnement clair, facile et convivial ouvert à tous
sans inscription. Pour les membres qui s'inscrivent, une grande facilité pour
poster tous leurs matériels ou leurs messages, un espace privé avec mail
interne et bien d'autres possibilités et topics super-sympas.

Donc voilà, je me réjouis de vous retrouver sur le Nilda Fernandez Forum
et vous souhaite une agréable visite.

A très vite.
Chris

Flash_News_nf lien



  
 
 


     
Nilda Fernandez Presse 2009
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nilda Fernandez Forum Index du Forum -> Nilda Fernández -> Nilda Fernandez Revue de presse / Biographie 1991-2010
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chris
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2008
Messages: 824
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Lun 12 Jan 2009, 22:41    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant


************************************************************

Premier article du

 8 janvier 2009

en lecture et audio

en cliquant sur le lien Sevillanes.net ICI


Février 2009

Fernandez à Beaucourt (Territoire de Belfort)


Magnifico Nilda Fernandez


Seul sur scène, Nilda Fernandez a conquis vendredi soir le public du foyer Georges Brassens qui affichait une nouvelle fois
complet.

En écoutant les premiers titres de Nilda Fernandez, scotché à sa chaise haute, difficile d'imaginer le final de folie offert deux
 heures plus tard par l'artiste, enjambant les spectateurs et partageant avec eux de vrais moments de communion autour
des chansons de Piaf. Le public, il est vrai, n'avait pas caché jusque là son admiration pour cet artiste atypique, au timbre de
 voix si particulier et à la richesse musicale et humaine si savamment distillée. Etre seul en scène avec ses textes et sa
guitare électrique : un vrai challenge parfaitement relevé par Nilda Fernandez. En Espagnol ou en Français, ses mélodies font
 mouche : elles sont une vraie invitation au voyage. Elle permettent de suivre Nilda sur les routes du monde, dans ces pays
 où il a vécu des tranches de vie exceptionnelles, en quête de lieux paradisiaques, en quête surtout des vraies valeurs de
l'être humain. Comme dans cette réserve indienne au Québec qui lui a inspiré un magnifique hymne à la tolérance, au
respect des différences et à la fraternité. " Où sont les visage-pâles et la folie des hommes? Sous la paix des étoiles, la terre
 n’est à personne. Je retourne au silence, je reprends le chemin pour dire la ressemblance de tous les êtres humains "
 chante-t-il par exemple dans le superbe Innu Nikamu.



Textes poignants de Garcia Lorca

Constater, c'est aussi dénoncer. La chanson est pour Nilda l'occasion de montrer du doigt les travers de la race humaine
mais aussi la soumission, par exemple quand il déclare :" On t'a appris à te taire au milieu d'une famille de gens qui portent
 des muselières que portaient leurs parents ". Et le voyage se poursuit : Madrid et la fameuse Puerta del Sol, Santiago de
 Cuba, Buenos Aires, la Russie, terre d'accueil et de découvertes pendant quatre années... Avec un subtil mélange franco-
hispanique des mots et des phrases, Nilda Fernandez chante aussi magnifiquement l'amour. " Quand tu veux, tu m'appelles.
 J'ai envie de voir mes yeux dans ton regard " déclame-t-il par exemple de manière langoureuse. Son répertoire s'inspire
aussi de l'oeuvre de Federico Garcia Lorca avec des textes durs, poignants auxquels il sait apporter en musique une force
supplémentaire. " Je suis venu voir le sang trouble, le sang qui porte les machines aux cataractes et l'esprit à la langue du
 cobra. Tous les jours, on tue à New York " clame-t-il ainsi alors que l'émotion s'installe dans tous les recoins du foyer.
Le public est réceptif : Nilda le sent et il apprécie. Alors, il se rapproche et s'installe sur le devant de la scène pour mieux
communier avec lui. L'heure est au partage et l'on ressort les tubes qui ont marqué une carrière. "Faut que je t'invite à
 Venise avant que l'eau l'ait noyée. Tu peux laisser tes valises, on fera tout dans la journée " et bien sûr l'incontournable "
 Juste une ivresse pour que l'on cesse de boire. Une cicatrice pour que l'on puisse y voir. Où que l'on aille, nos fiançailles... "
 : tout le foyer Brassens est sous le charme et offre de bon coeur à Nilda un bain de foule final qui ne fait que des heureux.


Lepays.fr


18 février 2009

Nilda Fernandez le 7 Mars à La Bazoches-sur-Hoëne (Orne)


Nilda Fernandez, artiste qui a marqué les esprits dans les années 90, était venu faire se lever
les spectateurs aux Vibrations de Flers il y a de cela quelques années. Le voici de retour, à coup sûr
avec les même effets, pour un concert dans la petite ville de Bazoches sur Hoëne. Cet artiste globe-trotter
 se fait rare, trop rare. C’est donc avec une émotion particulière que nous attendons ce rendez-vous.

D’autant plus que l’on entend, ici ou là, que Nilda Fernandez prépare un nouvel album ! Un disque
à paraître courant 2009, presque dix ans - si l’on excepte les deux Best Of édités plus récemment- après
« Collection privée » son dernier opus. Ce chanteur d’origine andalouse nous emmènera
dans son univers chargé de sentiments grâce à ses plus beaux titres et sa voix androgyne
tellement reconnaissable. Comme il en a pris l’habitude ces dernières années, Nilda Fernandez viendra
seul avec sa guitare, sans musiciens, ni techniciens, ni manager, pour l’accompagner. Réservons-lui
alors un accueil chaleureux à la hauteur de son talent.

Perche-web.com


Mars 2009


Nilda Fernandez est Ferdinand II d'Aragon
    
 Raconte nous ce qui t'a amené à participer à l'opéra rock d'Anne de Bretagne?

Personnellement, je suis sensible au travail d'Alan d'un point de vue qualitatif et aussi à son acharnement
 à mener les choses à leur terme. Comme c'est un ami je lui accorde toujours de bonnes raisons, car c'est
quelqu'un qui a des choses a raconter même si son univers n'est pas le mien, je respecte tout-à-fait cette
démarche là. Je connais Alan depuis une quinzaine d'années, j'ai collaboré à l'une de ses créations
précédentes: Les enfants du futur. Comme tu vois, on a commencé par le futur, c'est tout un symbole,
non? Ensuite, on s'est perdu de vue pendant plusieurs années, j'ai beaucoup voyagé hors de France aussi.
 On a failli se croiser à Moscou lorsque j'y résidai mais on s'est finalement revu en France l'année passée.
 Il m'a parlé avec l'enthousiasme qui le caractérise de ce nouveau projet et il m'a proposé ce rôle où
j'incarne Ferdinand d'Aragon.

Anne de Bretagne, est-ce un thème qui te touche personnellement?

Je dois bien avouer que je suis totalement insensible à tout ce qui touche à l'aristocratie ou à la monarchie.
 Pour moi, il s'agit là d'une imposture totale, ces gens-là ils ont déclaré un jour "je suis" et pris le pouvoir les
 armes à la main pour que personne ne puisse contester, par le biais d'assassinats et de trahisons diverses.
 Et après, on transmet ça aux descendants, je trouve cette mécanique désastreuse dans l'histoire de
l'humanité, difficile d'avoir du respect pour les princes, les ducs, etc... Ensuite, il y a l'histoire individuelle
qui est touchante, c'est un grand malheur de naitre avec un tel destin, déjà l'héritage familial n'est pas
facile et Anne de Bretagne arrive là, dans ce monde édenté. Le roi d'Espagne un homme très puissant s'est
allié à la reine Isabelle afin de chasser les noirs et les juifs pour former la nation espagnole. Encore une
chose où je ne suis pas très admiratif, aucun habitants des différentes régions ibériques n'avait demande
ça, c'est eux qui ont décidé d'unifier tous ces gens-là, et Anne de Bretagne arrive dans ce contexte difficile.
 Malheureusement le destin de ces gens-là est lourd de conséquences: quand un roi tousse, sa voix retentit
 jusqu'à l'autre bout du pays, tous leurs petits actes prennent des allures pour lesquelles je n'ai aucune
 admiration mais plutôt de la répulsion. Ces gens-là devraient démissionner et dire "je ne suis rien". Face à
cette réalité-là, Anne de Bretagne a réussi a se comporter le mieux possible vu le contexte.


Que penses-tu du personnage d'Anne de Bretagne?

Je pense que c'était une femme moderne: elle écrivait à Christophe Colomb à travers le roi Fernand, par
 exemple.
Elle était donc une femme moderne dans le sens où elle a créé des hypothèses nouvelles pour ensuite
qu'en découle certains développements, il s'agit là d'une démarche scientifique rendue encore plus
particulière par le fait qu'on était à l'aube de la Renaissance. A l'époque, on posait des questions par
rapport aux réponses qu'on avait et Anne de Bretagne fut une novatrice, une attitude nouvelle: on cherche
 quelque chose, c'est hasardeux mais on essaye...
Ca m'intrigue beaucoup car cette femme a vraiment existé en chair. Les personnages historiques sont en
deux dimensions, on ne sait rien de nos arrière-grand-pères mais on sait l'histoire de France. C'est curieux
car les gens du peuple, ils n'ont rien laissé, ils n'écrivaient pas et ils trimaient comme des bêtes. A la cour
des puissants, Anne de Bretagne avait du succès pour des raisons diverses, c'est qu'il y avait quelque
chose a prendre chez elle, elle fut courageuse car constamment entourée de vautours.

Et ton actualité personnelle, en quoi consiste-t-elle?
Connais-tu les lieux où se déroule l'opéra Anne de Bretagne?

Oui, oui bien sur... Le fait de jouer la vie d'Anne de Bretagne en ce lieu plein de son histoire personnelle me
 touche beaucoup sur le plan intellectuel.
Ca me ramène aussi à ma propre histoire personnelle, je me rappelle, il y a 20 ans, j'étais dans les douves
 du château pour un festival de musiques du monde et j'en ai d'excellents souvenirs!

Je prépare un nouveau disque qui sortira en septembre... une belle chose dont je suis fier et qui devrait
plaire, je me sens
très serein et très investi dans la phase de mixage de ces 13 morceaux qui se déroule
à Gênes en ce moment.


Source :http://www.annavreizh.com/


Mai 2009

Le 19 mai 2009


Le double album du rock opéra Anne de Bretagne sort aujourd'hui.
Ma Dame, interprété par Nilda Fernandez, en est un titre phare.

Entretien

Nilda Fernandez, qui incarne le roi d'Aragon.

En découvrant le projet d'Alan Simon, avez-vous hésité en vous demandant dans quelle
galère vous mettiez les pieds ?

Galère ? Vous voulez dire galion... Cela s'est fait de façon très naturelle. Il y a une vraie
complicité entre nous. J'étais venu à Nantes enregistrer en studio. À la suite, nous avons enregistré
Ma Dame, sans savoir si le projet aboutirait. Je ne me suis pas posé de questions.
Je suis content d'avoir été là dès l'origine. Et cela ne me pose pas de cas de conscience d'incarner
 Ferdinand d'Aragon, unificateur de l'Espagne, honni de toutes les provinces.

Qu'avez-vous apporté aux chansons que vous proposait Alan Simon ?

Sur la chanson Ma Dame, je parle en espagnol, je lance des invectives, je fais des la la la la derrière.
 Pour Amerigo, j'ai fait une recherche sur le journal de Christophe Colomb. J'en dis des fragments,
apportant ainsi cette espèce de vérité historique et documentaire.

Ma Dame donne vraiment l'impression d'avoir été écrite sur mesure...

Je l'ai interprétée tout de suite avec facilité. C'est peut-être un signe.
 J'ai trouvé qu'elle convenait bien à ma voix.

Elle s'imprime facilement entre les oreilles. Un futur tube ?

Je le souhaite. Ce serait alors un succès atypique, car cette chanson ne raconte pas une histoire
 d'amour, mais une aventure historique. Mais, pourquoi pas. J'ai l'habitude des succès atypiques.

Le titre trouvera-t-il sa place dans votre tour de chant ?

Si la chanson vient à m'identifier, je serai obligé de la chanter, comme cette chanson de Gérard Manset
qu'on me demande souvent, mais que j'ai oubliée...

Des artistes de l'aventure Anne de Bretagne avec lesquels vous avez aimé travailler ?

Tous ! En particulier, j'ai beaucoup sympathisé avec Christian Decamps. Ange a un talent et une vitalité
extraordinaires. Et puis les Tri Yann que j'avais vus ici, il y a longtemps, quand j'habitais à Nantes.
Je ne chantais même pas.

Parce que vous avez habité à Nantes ?

Rue de l'Héronnière, à la fin des années 80. Une histoire personnelle, sentimentale...

Marc LE DUC.



Avril  2009

Le 25 avril 2009 à MONDEVILLE.


Nilda s'est révélé au grand public en 1991 avec Madrid Madrid et Nos fiançailles. Depuis cette voix aiguë et voilée ne nous quitte pas tant elle traduit nos cassures, nos faiblesses, nos fragilités mais aussi nos explosions, nos désirs et nos émotions les plus riches.

Spectacle concert Nilda Fernandez, MONDEVILLE, Calvados, Basse Normandie

La magie hispano orientale de Nilda Fernandez se révèle dans tous ses concerts, avec un univers intime et généreux d’impudeur, traversé par la glace, le feu, l’espoir fou et le désespoir absolu.

Définitivement rebelle à "ces temps d’opportunisme mercantile jusqu’à la nausée", Nilda Fernandez nous entraîne dans son monde magique sur ses chemins de traverse.

NILDA FERNANDEZ - Musique/Concerts - Variete/Comedie musicale - SALLE DES FETES, MONDEVILLE, Calvados, Basse Normandie

Hexagone tv


6 avril 2009


LaDepeche.fr

Alairac. Salle comble pour Nilda Fernandez


Nilda Fernandez seul en scène


Il fallait bien que cela se produise un jour, la soirée inaugurale du Printemps des notes s'est déroulée à guichets fermés, les organisateurs ayant même dû refuser du monde. Jorge Munoz et son flamenco andalou chauffent la salle en première partie. Un court entracte et entre en scène Nilda Fernandez. Quelques accords de guitare et la magie doucement s'installe. Chanson après chanson, phrase après phrase, mot après mot, l'univers du poète nous pénètre ; il nous prend par l'esprit et nous accompagne sur ce chemin qui est le sien : nul ne sait d'où il vient, nul ne sait où il va, lui seul détient les clefs de cet itinéraire initiatique.

En français, en espagnol, en russe s'enchaînent les chansons et défilent les histoires, la nôtre, la sienne, celles des autres singulières et universelles. L'homme est « seul en scène » et quand les mots ne lui vont plus, qu'ils lui manquent ou qu'ils se dérobent, il invente son propre langage ! La magie du spectacle vivant s'installe et dure deux heures. Après un ultime rappel, une sorte de déchirure, l'artiste s'éloigne, emportant sous la semelle de ses chaussures un peu de terre de la Malepère. Le poète est passé, il nous laisse en cadeau des mots et des images, quelques notes fragiles.

L'artiste salue le public debout et le public rend chaleureusement son salut à un artiste debout.

Ce concert a magnifiquement donné le coup d'envoi de la huitième édition du Printemps des notes.

Source
Publié le 06/04/2009 04:39 | LaDepeche.fr



Aout 2009

15 août 2009


Ils étaient plus de cinq cents à s'approprier la place Anne-de-Bretagne, sous les accords de Nilda Fernandez, l'invité du festival de musiques de Pontivy, jeudi soir. Le célèbre chanteur des années 1990 a exécuté son retour sur scène, après plusieurs années passées à l'étranger, dans une mise en scène minimaliste.

Perché sur un tabouret et simplement accompagné de sa guitare, il a interprété de nouvelles compositions, portées par sa voix fragile et intense. Si de nombreux textes étaient en espagnol, il n'a cessé de dialoguer avec le public, racontant ses voyages, sa terre madrilène. De la douceur mélancolique aux rythmes endiablés de La Havane, les spectateurs se sont laissés embarquer.

Après le rappel, Nilda Fernandez s'est posté sur le devant de la scène et entonné Viendras-tu avec moi ? Les premières voix se sont élevées pour reprendre les tubes de l'artiste. Créant la surprise, il s'est ensuite assis sur le bord de l'estrade, sa guitare sur les genoux. Le public s'est approché en cercle. Dans cette bulle d'intimité, un mot revenait sur les lèvres : générosité. « On aurait dû commencer comme ça mais on est timides vous et moi », concluait le chanteur, visiblement ému.

Ouest-france.fr



<center>


*** C'est un Soleil qui s'est levé pour illuminer nos nuits ***</b></center>
<br>


Dernière édition par Chris le Dim 13 Sep 2009, 22:26; édité 9 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 12 Jan 2009, 22:41    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Mar 17 Fév 2009, 20:42    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant


 

Fernandez à Beaucourt (Territoire de Belfort)




Magnifico Nilda Fernandez


Seul sur scène, Nilda Fernandez a conquis vendredi soir le public du foyer Georges Brassens qui affichait une nouvelle fois complet.

En écoutant les premiers titres de Nilda Fernandez, scotché à sa chaise haute, difficile d'imaginer le final de folie offert deux heures plus tard par l'artiste, enjambant les spectateurs et partageant avec eux de vrais moments de communion autour des chansons de Piaf. Le public, il est vrai, n'avait pas caché jusque là son admiration pour cet artiste atypique, au timbre de voix si particulier et à la richesse musicale et humaine si savamment distillée. Etre seul en scène avec ses textes et sa guitare électrique : un vrai challenge parfaitement relevé par Nilda Fernandez. En Espagnol ou en Français, ses mélodies font mouche : elles sont une vraie invitation au voyage. Elle permettent de suivre Nilda sur les routes du monde, dans ces pays où il a vécu des tranches de vie exceptionnelles, en quête de lieux paradisiaques, en quête surtout des vraies valeurs de l'être humain. Comme dans cette réserve indienne au Québec qui lui a inspiré un magnifique hymne à la tolérance, au respect des différences et à la fraternité. " Où sont les visage-pâles et la folie des hommes? Sous la paix des étoiles, la terre n’est à personne. Je retourne au silence, je reprends le chemin pour dire la ressemblance de tous les êtres humains " chante-t-il par exemple dans le superbe Innu Nikamu.



Textes poignants de Garcia Lorca

Constater, c'est aussi dénoncer. La chanson est pour Nilda l'occasion de montrer du doigt les travers de la race humaine mais aussi la soumission, par exemple quand il déclare :" On t'a appris à te taire au milieu d'une famille de gens qui portent des muselières que portaient leurs parents ". Et le voyage se poursuit : Madrid et la fameuse Puerta del Sol, Santiago de Cuba, Buenos Aires, la Russie, terre d'accueil et de découvertes pendant quatre années... Avec un subtil mélange franco-hispanique des mots et des phrases, Nilda Fernandez chante aussi magnifiquement l'amour. " Quand tu veux, tu m'appelles. J'ai envie de voir mes yeux dans ton regard " déclame-t-il par exemple de manière langoureuse. Son répertoire s'inspire aussi de l'oeuvre de Federico Garcia Lorca avec des textes durs, poignants auxquels il sait apporter en musique une force supplémentaire. " Je suis venu voir le sang trouble, le sang qui porte les machines aux cataractes et l'esprit à la langue du cobra. Tous les jours, on tue à New York " clame-t-il ainsi alors que l'émotion s'installe dans tous les recoins du foyer. Le public est réceptif : Nilda le sent et il apprécie. Alors, il se rapproche et s'installe sur le devant de la scène pour mieux communier avec lui. L'heure est au partage et l'on ressort les tubes qui ont marqué une carrière. "Faut que je t'invite à Venise avant que l'eau l'ait noyée. Tu peux laisser tes valises, on fera tout dans la journée " et bien sûr l'incontournable " Juste une ivresse pour que l'on cesse de boire. Une cicatrice pour que l'on puisse y voir. Où que l'on aille, nos fiançailles... " : tout le foyer Brassens est sous le charme et offre de bon coeur à Nilda un bain de foule final qui ne fait que des heureux.


source : http://www.lepays.fr/article/beaucourt-magnifico-nilda-fernandez---512797?s…

 


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Chris
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2008
Messages: 824
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Mer 18 Fév 2009, 15:51    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant





 
Nilda Fernandez le 7 Mars à La Bazoches-sur-Hoëne (Orne)
*
*

*
Nilda Fernandez, artiste qui a marqué les esprits dans les années 90, était venu faire se lever les
spectateurs aux Vibrations de Flers il y a de cela quelques années. Le voici de retour, à coup sûr avec les
 même effets, pour un concert dans la petite ville de Bazoches sur Hoëne. Cet artiste globe-trotter se fait
 rare, trop rare. C’est donc avec une émotion particulière que nous attendons ce rendez-vous.


*
D’autant plus que l’on entend, ici ou là, que Nilda Fernandez prépare un nouvel album ! Un disque à paraître
 courant 2009, presque dix ans - si l’on excepte les deux Best Of édités plus récemment- après « Collection
 privée » son dernier opus. Ce chanteur d’origine andalouse nous emmènera dans son univers chargé de
sentiments grâce à ses plus beaux titres et sa voix androgyne tellement reconnaissable. Comme il en a pris
 l’habitude ces dernières années, Nilda Fernandez viendra seul avec sa guitare, sans musiciens, ni
techniciens, ni manager, pour l’accompagner. Réservons-lui alors un accueil chaleureux à la hauteur de son
 talent.

*
Samedi 07 mars 2009
de 20h30 à 22h30
BAZOCHES SUR HOËNE
Maison du Temps Libre
Réservations : 02 33 31 25 42
Tarif unique : 8 € 


<center>


*** C'est un Soleil qui s'est levé pour illuminer nos nuits ***</b></center>
<br>
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Mar 24 Fév 2009, 00:55    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant

Une voix androgyne accordée à la guitare

Nilda Fernandez sera à Seraing.




Vendredi 13 février 2009

Nilda Fernandez est de retour sur scène!

Nilda se livrera, seul, avec sa guitare, sur la scène du centre culturel de Seraing. Il reprendra ses chansons phares, de “ Madrid Madrid ” à “ Nos fiançailles ” comme il dévoilera ses nouvelles perles.

Mi-gitan, mi-gentilhomme, Nilda fait partie de ces artistes inclassables. Chacun de ses concerts est une invitation au voyage, un délicieux moment de poésie et d’humanité...

Le parcours atypique du saltimbanque illustre à merveille sa personnalité multifacettes.

Natif de Barcelone, Nilda Fernandez a grandi entre l’Espagne et la France. Révélé au grand public début des années 90 avec des titres comme “ Madrid Madrid ” et “ Nos fiançailles ”, il s’installe tantôt en Amérique du Sud, tantôt en Russie ou encore à New York. Et chaque escale est l’occasion pour l’auteur-compositeur de se ressourcer en s’engageant dans des projets artistiques inattendus: une tournée en roulotte, une plongée dans l’univers du cirque, l’écriture de romans...

Alors qu’un nouvel album est en préparation, revoici Nilda sur nos scènes.

Ce vendredi 13, il chante au centre culturel de Seraing. L’espace d’un long et merveilleux (on l’espère) moment, l’artiste à la voix androgyne feuillettera ses notes de voyage tout en réinventant ses anciens titres. Une occasion exceptionnelle de redécouvrir un artiste raffiné, un artisan du verbe, un chanteur généreux.


Source : ICI

  


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Mar 3 Mar 2009, 20:03    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant





Sortie de l'album Studio (double album/31 titres) le 19 mai !!
ST YVES/ FETE DE LA BRETAGNE!



Livret original et réalisation: Alan Simon
Réalisé entre Aout 2007 et Fevrier 2009
Adaptation Espagnole: Nilda Fernandez



(2 extraits avec Nilda, sur la vidéo)

Nilda Fernandez
est un artiste franco espagnol né à Barcelone le 27 octobre 1957 avant de déménager à Lyon à l’age de 7 ans où il débute l’étude du solfège, de la guitare et du piano.
En 1987, Nilda publie son premier cd intitulé Madrid Madrid. Le grand public découvre une voix très haut perchée, un peu androgyne mais toujours très juste. Le succès est au rendez-vous, ainsi que les médias et en 1991 sort l'album Nilda Fernandez où il y chante Nos fiançailles devenu entre temps un véritable tube. Sa voix si particulière se révèle en harmonie avec ses textes mélancoliques et profonds.
Mais c'est sur la scène que Nilda Fernandez se dévoile: cheveux longs et allure fragile, il a des airs de troubadour latin qui chante en français et aussi en espagnol. En juillet 91, il fait la première partie de la star anglaise Sting dans l'immense salle de Bercy à Paris. Cet album sortira en Espagne dans la langue et Mes yeux dans ton regard devient Mi amor en tu querer.
Au milieu de l'année 93, sort un simple Sinfanaï Retu ( grand succès dans les hit-parades) qui annonce l'album de l'automne. Nilda Fernandez est le second opus de l'artiste. Après une tournée en Amérique du Sud, le chanteur présente son nouvel album lors d'un concert exceptionnel au Théâtre Impérial de Compiègne, avec orchestre à cordes en plus de ses sept musiciens habituels.
Après un passage au festival du Printemps de Bourges en avril 94, il part en Argentine et donne une série de récitals en juin dans une salle de Buenos Aires. Il y chante avec la grande dame de la chanson argentine, Mercedes Sosa. En 95, il va jusque dans le Nord du Québec et s'intéresse aux indiens vivants dans cette région.
De retour en France, il publie un roman Ça repart pour un soliloque. de ce dernier qui, pour l'occasion, ressort son album spécialement agrémenté de ce nouveau titre. Le poète espagnol Federico Garcia Lorca (1899-1936) inspire depuis longtemps Nilda Fernandez. Sa tournée en roulotte dans le sud de la France était calquée sur l'expérience de la Barraca, troupe de théâtre ambulant qui sillonna les routes espagnoles en 35. Certaines villes comme Barcelone, Paris, New York ou Buenos Aires sont autant de points communs dans l'itinéraire du poète et du chanteur. C'est donc assez naturellement que Nilda Fernandez consacre un album entier à Garcia Lorca en 99 intitulé Castelar 704. Il part ensuite vivre en Russie où il connaitra un grand succès, notamment par ses reprises des classiques de la chanson française et sa collaboration avec l’artiste russe Boris Moisseev.
Désireux de se tenir en dehors du show-business, naviguant entre différentes langues et plus d’une culture, Nilda Fernandez tient à garder une identité artistique spécifique. Il aime explorer l'inattendu et redéfinir sans cesse son inspiration, son prochain disque est prévu en septembre 2009.



interview pour annavreizh.com


Interview : Nilda Fernandez 





Nilda Fernandez est
Ferdinand II d'Aragon
    
 Raconte nous ce qui t'a amené à participer à l'opéra rock d'Anne de Bretagne?

Personnellement, je suis sensible au travail d'Alan d'un point de vue qualitatif et aussi à son acharnement à mener les choses à leur terme. Comme c'est un ami je lui accorde toujours de bonnes raisons, car c'est quelqu'un qui a des choses a raconter même si son univers n'est pas le mien, je respecte tout-à-fait cette démarche là. Je connais Alan depuis une quinzaine d'années, j'ai collaboré à l'une de ses créations précédentes: Les enfants du futur. Comme tu vois, on a commencé par le futur, c'est tout un symbole, non? Ensuite, on s'est perdu de vue pendant plusieurs années, j'ai beaucoup voyagé hors de France aussi. On a failli se croiser à Moscou lorsque j'y résidai mais on s'est finalement revu en France l'année passée. Il m'a parlé avec l'enthousiasme qui le caractérise de ce nouveau projet et il m'a proposé ce rôle où j'incarne Ferdinand d'Aragon.

 

Anne de Bretagne, est-ce un thème qui te touche personnellement?


Je dois bien avouer que je suis totalement insensible à tout ce qui touche à l'aristocratie ou à la monarchie. Pour moi, il s'agit là d'une imposture totale, ces gens-là ils ont déclaré un jour "je suis" et pris le pouvoir les armes à la main pour que personne ne puisse contester, par le biais d'assassinats et de trahisons diverses. Et après, on transmet ça aux descendants, je trouve cette mécanique désastreuse dans l'histoire de l'humanité, difficile d'avoir du respect pour les princes, les ducs, etc... Ensuite, il y a l'histoire individuelle qui est touchante, c'est un grand malheur de naitre avec un tel destin, déjà l'héritage familial n'est pas facile et Anne de Bretagne arrive là, dans ce monde édenté. Le roi d'Espagne un homme très puissant s'est allié à la reine Isabelle afin de chasser les noirs et les juifs pour former la nation espagnole. Encore une chose où je ne suis pas très admiratif, aucun habitants des différentes régions ibériques n'avait demande ça, c'est eux qui ont décidé d'unifier tous ces gens-là, et Anne de Bretagne arrive dans ce contexte difficile. Malheureusement le destin de ces gens-là est lourd de conséquences: quand un roi tousse, sa voix retentit jusqu'à l'autre bout du pays, tous leurs petits actes prennent des allures pour lesquelles je n'ai aucune admiration mais plutôt de la répulsion. Ces gens-là devraient démissionner et dire "je ne suis rien". Face à cette réalité-là, Anne de Bretagne a réussi a se comporter le mieux possible vu le contexte.

 

Que penses-tu du personnage d'Anne de Bretagne?

Je pense que c'était une femme moderne: elle écrivait à Christophe Colomb à travers le roi Fernand, par exemple.
Elle était donc une femme moderne dans le sens où elle a créé des hypothèses nouvelles pour ensuite qu'en découle certains développements, il s'agit là d'une démarche scientifique rendue encore plus particulière par le fait qu'on était à l'aube de la Renaissance. A l'époque, on posait des questions par rapport aux réponses qu'on avait et Anne de Bretagne fut une novatrice, une attitude nouvelle: on cherche quelque chose, c'est hasardeux mais on essaye...
Ca m'intrigue beaucoup car cette femme a vraiment existé en chair. Les personnages historiques sont en deux dimensions, on ne sait rien de nos arrière-grand-pères mais on sait l'histoire de France. C'est curieux car les gens du peuple, ils n'ont rien laissé, ils n'écrivaient pas et ils trimaient comme des bêtes. A la cour des puissants, Anne de Bretagne avait du succès pour des raisons diverses, c'est qu'il y avait quelque chose a prendre chez elle, elle fut courageuse car constamment entourée de vautours.

 

Et ton actualité personnelle, en quoi consiste-t-elle?
Connais-tu les lieux où se déroule l'opéra Anne de Bretagne?


Oui, oui bien sur... Le fait de jouer la vie d'Anne de Bretagne en ce lieu plein de son histoire personnelle me touche beaucoup sur le plan intellectuel.
Ca me ramène aussi à ma propre histoire personnelle, je me rappelle, il y a 20 ans, j'étais dans les douves du château pour un festival de musiques du monde et j'en ai d'excellents souvenirs!

Je prépare un nouveau disque qui sortira en septembre... une belle chose dont je suis fier et qui devrait plaire, je me sens très serein et très investi dans la phase de mixage de ces 13 morceaux qui se déroule à Gênes en ce moment.

Source : ICI


   



Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Mer 8 Avr 2009, 19:44    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant




 

Le 25 avril 2009 à MONDEVILLE.


Nilda s'est révélé au grand public en 1991 avec Madrid Madrid et Nos fiançailles. Depuis cette voix aiguë et voilée ne nous quitte pas tant elle traduit nos cassures, nos faiblesses, nos fragilités mais aussi nos explosions, nos désirs et nos émotions les plus riches.

Spectacle concert Nilda Fernandez, MONDEVILLE, Calvados, Basse Normandie

La magie hispano orientale de Nilda Fernandez se révèle dans tous ses concerts, avec un univers intime et généreux d’impudeur, traversé par la glace, le feu, l’espoir fou et le désespoir absolu.

Définitivement rebelle à "ces temps d’opportunisme mercantile jusqu’à la nausée", Nilda Fernandez nous entraîne dans son monde magique sur ses chemins de traverse.

NILDA FERNANDEZ - Musique/Concerts - Variete/Comedie musicale - SALLE DES FETES, MONDEVILLE, Calvados, Basse Normandie

RESERVEZ VOS PLACES
NILDA FERNANDEZ - MONDEVILLE

Source

  


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Dim 19 Avr 2009, 14:53    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant



 



Alairac. Salle comble pour Nilda Fernandez





Nilda Fernandez seul en scène




Il fallait bien que cela se produise un jour, la soirée inaugurale du Printemps des notes s'est déroulée à guichets fermés, les organisateurs ayant même dû refuser du monde. Jorge Munoz et son flamenco andalou chauffent la salle en première partie. Un court entracte et entre en scène Nilda Fernandez. Quelques accords de guitare et la magie doucement s'installe. Chanson après chanson, phrase après phrase, mot après mot, l'univers du poète nous pénètre ; il nous prend par l'esprit et nous accompagne sur ce chemin qui est le sien : nul ne sait d'où il vient, nul ne sait où il va, lui seul détient les clefs de cet itinéraire initiatique.

En français, en espagnol, en russe s'enchaînent les chansons et défilent les histoires, la nôtre, la sienne, celles des autres singulières et universelles. L'homme est « seul en scène » et quand les mots ne lui vont plus, qu'ils lui manquent ou qu'ils se dérobent, il invente son propre langage ! La magie du spectacle vivant s'installe et dure deux heures. Après un ultime rappel, une sorte de déchirure, l'artiste s'éloigne, emportant sous la semelle de ses chaussures un peu de terre de la Malepère. Le poète est passé, il nous laisse en cadeau des mots et des images, quelques notes fragiles.

L'artiste salue le public debout et le public rend chaleureusement son salut à un artiste debout.

Ce concert a magnifiquement donné le coup d'envoi de la huitième édition du Printemps des notes.



Source
Publié le 06/04/2009 04:39 | LaDepeche.fr
  


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Chris
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2008
Messages: 824
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Dim 19 Avr 2009, 21:59    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant


Fidèle au poste , on dit merki ki ??? on dit merci..................Camélia nilda2
 


<center>


*** C'est un Soleil qui s'est levé pour illuminer nos nuits ***</b></center>
<br>
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Jeu 30 Avr 2009, 00:05    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant



Carmen Cita

Spectacle conçu et mis en scène par Nilda Fernandez
Les Nuits Musicales du Suquet 2009
Parvis de l’Eglise Notre-Dame d’Espérance
Festival Musique Tous publics
Organisation : Palais des Festivals et des Congrès - Direction de l’Evènementiel
Partenaires : Coproduction Ville de Cannes / Casino Barrière Cannes Croisette / Avec le soutien du Conseil Général des Alpes-Maritimes / Hôtel Palais Stéphanie
http://www.nuitsdusuquet-cannes.com


Karine Gonzales - Carlos Carbonnel, danse
Raphaël Faÿs - Tito el Frances, guitares
Clara Tudela - Alejandro Jimenez, chant
Marco Fadda, cajon

Carmen, c’est le nom de l’héroïne célèbre de Mérimée. Carmencita c’est le nom qu’il lui donne quelquefois dans le récit. Cita signifie "rendez-vous" et c’est la dernière posture que prend le torero dans l’arène quand il appelle le taureau pour lui donner la mort.

Prosper Mérimée, sans le savoir, a fondé un mythe que Bizet a popularisé tout comme Mozart l’a fait avec Don Juan. Il n’en reste pas moins que la nouvelle est plus complexe que l’opéra.
Pour cette version personnelle, j’ai voulu mêler la narration au spectacle en travaillant avec les artistes pour puiser dans un répertoire varié, comprenant des formes de Cante peu utilisées afin de redonner à la voix la place que la guitare et la danse lui ont ravie jusqu’à en faire un simple accompagnement de leurs prouesses techniques. Quant aux danseurs, loin de toute démonstration superflue, ils retrouvent les fondamentaux du baile flamenco qui sont puissamment sexués et tragiques. Je leur ai demandé de mettre leurs gestes uniquement au service des sentiments.

Ainsi, l’oeuvre de Mérimée nous permet l’immersion dans un flamenco débarrassé de tout artifice, capable de nous transporter vers ce qui constitue son sens et son essence... qui sont ceux de nos propres vies. Nilda Fernandez

Ce spectacle a été créé en France avec ces artistes en septembre 2008 à Paris dans une salle dédiée au flamenco Planète Andalucia pour fêter ses dix ans d’existence.

Révélé par Madrid Madrid, Nilda Fernandez a rapidement affiché sa double culture franco-espagnole. Au cours des années, il a exploré des univers musicaux différents qui l’ont emmené du Québec à l’Amérique du Sud. Personnage atypique, il n’a jamais réellement intégré le milieu du show-biz français. DanielFernandez est né à Barcelone en Espagne le 27 octobre 1957. Sa famille est protestante et andalouse ce qui n’est pas toujours évident en Catalogne catholique. Ses parents décident de déménager à Lyon quand il a 7 ans. Son père, sculpteur de son métier, le pousse à apprendre le solfège et le piano. Plus tard, il s’initiera à la guitare et au flamenco. En grandissant, il a la certitude qu’il sera artiste : musicien, homme de théâtre... il ne sait pas encore quoi. Assez étrangement, il commence par enseigner l’espagnol durant un an. Puis, l’aventure musicale le tente et il donne de petits récitals dans des salles des régions lyonnaise et toulousaine, juste avec sa guitare. Cette période d’incertitudes et de galères va durer quelques années jusqu’en 1981, année au cours de laquelle il envoie une cassette à la maison de disques Pathé Marconi. Juste une guitare et sa voix. On lui propose de faire un album. On lui laisse les coudées franches. Le disque n’a pas le succès escompté, il passe inaperçu. L’heure de gloire de DanielFernandez n’est pas encore arrivée. Retour au circuit des petites salles et des Maisons des Jeunes, parfois même il fait la manche. Tenace, Daniel, devenu entre-temps Nilda , sort un 45 tours chez Dreyfus en 1987 intitulé Madrid Madrid. Le grand public découvre une voix très haut perchée, un peu fragile. Le succès est au rendez-vous, ainsi que les médias. Ce n’est qu’en 1991 que sort l’albumNilda Fernandez . Il y chante Nos fiançailles devenu dans cet intervalle un véritable tube qui passe sur toutes les radios, L’Invitation à Venise ainsi qu’un titre quasi nostalgique Entre Lyon et Barcelone. Sa voix si particulière sert avec justesse et raffinement des textes mélancoliques. Le public ne s’y trompe pas : 300000 exemplaires de cet album seront écoulés. Mais c’est sur la scène queNilda Fernandez dévoile vraiment sa personnalité : cheveux longs et frêle silhouette, ce romantique a des airs de troubadour latin chantant tantôt en français, tantôt en espagnol, de nomade en escales musicales. En juillet 1991, il fait la première partie de la star anglaise Sting dans l’immense salle de Bercy à Paris.



Vous souhaitez en savoir plus sur Nilda Fernandez :


Nilda Fernandez

Nouvellement couronné d’une Victoire de la Musique, catégorie espoir, il se produit et triomphe au Festival des Francofolies à La Rochelle en juillet 1992. Puis il passe au Théâtre de la Renaissance à Paris du 26 septembre au 9 octobre. Il reçoit aussi le Grand Prix de l’Académie Charles Cros. A peu près au même moment, l’album sort en Espagne et en espagnol. Mes yeux dans ton regard devient Mi amor en tu querer. En avril 1993, il se produit à l’Olympia à Paris avec une formation très étudiée : contrebasse (Giovanni Pietro Cremonini), accordéon (Alejandro Barcelona), clarinette (Jean-Luc Teilhon), piano (Stephano Genoves) et enfin percussions (Pascal Rolando). Ce sont environ 150 concerts que Nilda Fernandez aura donnés après la sortie de son premier album. Il reçoit en 1993, le prix de la Sacem.

Au milieu de l’année 1993, sort un simple Sinfanaï Retu (il restera près de huit semaines dans les hit parades) qui annonce l’album de l’automne : Nilda Fernandez est le second opus (toujours sans titre) de l’artiste. Après une tournée en Amérique du Sud, le chanteur présente son nouvel album dans son intégralité à la mi-octobre, lors d’un concert exceptionnel au Théâtre Impérial de Compiègne, avec orchestre à cordes, en plus de ses sept musiciens habituels. Après un passage au Printemps de Bourges en avril 1994, il part en Argentine et donne une série de récitals en juin dans une salle de Buenos Aires. Il y chante avec la grande Dame de la chanson argentine, Mercedes Sosa. En 1995, il va dans le nord du Québec et s’intéresse aux indiens vivant dans cette région. De retour en France, il publie un roman Ça repart pour un soliloque.

L’année 1996 est de nouveau consacrée à la musique. Nilda Fernandez fait quelques voyages à New York où il décide d’enregistrer son nouvel album. Il rencontre Michel Camilo, pianiste de jazz originaire de Saint-Domingue. Nilda lui confie la réalisation artistique et les arrangements de l’album qui paraît en 1997 et s’intitule Innu Nikamu (ce qui veut dire L’être humain chante dans un dialecte amérindien du nord du Québec). Les textes sont toujours choisis, teintés de poésie, métissés et influencés par les différentes cultures qu’il a approchées. Nomade dans l’âme, Nilda Fernandez décide d’entreprendre une tournée assez particulière : c’est en roulotte traînée par des chevaux qu’il s’embarque avec des amis musiciens et se produit dans des villages et petites villes. En octobre, il fait tout de même un arrêt par Paris au Théâtre de la Renaissance. Dans la tradition des troubadours, Nilda Fernandez progresse lentement à travers la France des campagnes. Réclamé dans la Capitale, il se produit pour trois soirs au Casino de Paris en janvier 1998. En novembre, une version en espagnol de son dernier album, rebaptisé Niña bonita, sort à la fois aux Etats-Unis, au Mexique, en Argentine et bien sûr en Espagne. Au même moment, Nilda partage un duo en français avec le Congolais Sam Mangwana, sur l’album de ce dernier qui, pour l’occasion, ressort son album spécialement agrémenté de ce nouveau titre.

Le poète espagnol Federico Garcia Lorca inspire depuis longtemps Nilda Fernandez. Sa tournée en roulotte dans le sud de la France était calquée sur l’expérience de la Barraca, troupe de théâtre ambulant qui sillonna les routes espagnoles en 1935. Certaines villes comme Barcelone, Paris, New York ou Buenos Aires sont autant de points communs dans l’itinéraire du poète et du chanteur. C’est donc assez naturellement que Nilda Fernandez consacre un album entier à Garcia Lorca en 1999. Intitulé Castelar 704 (du nom de l’hôtel et de la chambre qu’occupa le poète dans la capitale argentine d’octobre 1933 à mars 1934), cet opus rassemble des poèmes mis en musique par Nilda Fernandez avec la complicité de musiciens chevronnés tels que le percussionniste Mino Cinelu et les guitaristes Tomatito et Lucho Gonzales. En septembre, il est à l’affiche du Festival Les Méditerranéennes de Céret où il propose un concert basé sur son dernier album. A la fin de l’année, il sort un autre CD. Cette fois, il reprend 15 titres du répertoire français et les interprète à sa façon. C’est ainsi qu’on découvre des versions inattendues de La Fleur aux dents de Joe Dassin, Qui saura de Mike Brant ou Les Anarchistes de Léo Ferré. Il participe à un projet qui lui tient à cœur, Un bateau pour Cuba. Le chanteur embarque dans les premiers jours de janvier 2000 à bord d’un cargo affrété pour apporter du matériel et des médicaments sur l’île des Caraïbes. Il est rejoint par ses musiciens et des artistes locaux en février pour donner un concert Place de la Révolution à La Havane.

Nilda repart en tournée à travers la France et se produit en décembre à l’Olympia à Paris. Dans le même temps, sort un Best of sur lequel figure l’essentiel de ses succès. Désireux de se tenir en dehors du show-business, naviguant entre plusieurs langues et plusieurs cultures, Nilda Fernandez est un artiste singulier qui tient à garder une certaine intégrité artistique. Il aime les aventures, les rencontres et l’inattendu. De quoi nourrir ses prochains disques...



Informations sur la manifestation

Les Nuits Musicales du Suquet 2009
Evénement de la saison L’Eté à Cannes 2009
http://www.nuitsdusuquet-cannes.com

Prix des Places

Les 20, 22, 24, 26 et 28 juillet :
1re série : 38€ - (Tarif réduit : 34€ -Tarif Abonné : ) 32€
2e série : 32€ - (Tarif réduit : 28€ - Tarif Abonné :) 26€
Chaise non numérotée : 28€
Enfant (-de 10 ans) : 10€

Les 17 et 30 juillet :
1re série : 32€ - (Tarif réduit : 28€ -Tarif Abonné : ) 26€
2e série : 26€ - (Tarif réduit : 22€ - Tarif Abonné :) 20€
Chaise non numérotée : 22€
Enfant (-de 10 ans) : 10€

Concerts de 19h00 : Tarif Unique : 10€

En cas d’intempéries (pluie, vent) le repli se fera au Grand Auditorium/Palais des Festivals et des Congrès


SOURCE
 


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Camélia
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juil 2008
Messages: 832
Localisation: Devant mon pc

MessagePosté le: Lun 25 Mai 2009, 04:11    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009 Répondre en citant



 

Ouest-France / Pays de la Loire / Nantes / Archives du mardi 19-05-2009

Nilda Fernandez, fier roi d'Aragon - Nantes
mardi 19 mai 2009




Complices ! Nilda Fernandez (à gauche), et Alan Simon, qui a écrit tous les morceaux du rock opéra Anne de Bretagne.


Le double album du rock opéra Anne de Bretagne sort aujourd'hui. Ma Dame, interprété par Nilda Fernandez, en est un titre phare.

Entretien

Nilda Fernandez, qui incarne le roi d'Aragon.

En découvrant le projet d'Alan Simon, avez-vous hésité en vous demandant dans quelle galère vous mettiez les pieds ?

Galère ? Vous voulez dire galion... Cela s'est fait de façon très naturelle. Il y a une vraie complicité entre nous. J'étais venu à Nantes enregistrer en studio. À la suite, nous avons enregistré Ma Dame, sans savoir si le projet aboutirait. Je ne me suis pas posé de questions. Je suis content d'avoir été là dès l'origine. Et cela ne me pose pas de cas de conscience d'incarner Ferdinand d'Aragon, unificateur de l'Espagne, honni de toutes les provinces.

Qu'avez-vous apporté aux chansons que vous proposait Alan Simon ?

Sur la chanson Ma Dame, je parle en espagnol, je lance des invectives, je fais des la la la la derrière. Pour Amerigo, j'ai fait une recherche sur le journal de Christophe Colomb. J'en dis des fragments, apportant ainsi cette espèce de vérité historique et documentaire.

Ma Dame donne vraiment l'impression d'avoir été écrite sur mesure...

Je l'ai interprétée tout de suite avec facilité. C'est peut-être un signe. J'ai trouvé qu'elle convenait bien à ma voix.

Elle s'imprime facilement entre les oreilles. Un futur tube ?

Je le souhaite. Ce serait alors un succès atypique, car cette chanson ne raconte pas une histoire d'amour, mais une aventure historique. Mais, pourquoi pas. J'ai l'habitude des succès atypiques.

Le titre trouvera-t-il sa place dans votre tour de chant ?

Si la chanson vient à m'identifier, je serai obligé de la chanter, comme cette chanson de Gérard Manset qu'on me demande souvent, mais que j'ai oubliée...

Des artistes de l'aventure Anne de Bretagne avec lesquels vous avez aimé travailler ?

Tous ! En particulier, j'ai beaucoup sympathisé avec Christian Decamps. Ange a un talent et une vitalité extraordinaires. Et puis les Tri Yann que j'avais vus ici, il y a longtemps, quand j'habitais à Nantes. Je ne chantais même pas.

Parce que vous avez habité à Nantes ?

Rue de l'Héronnière, à la fin des années 80. Une histoire personnelle, sentimentale...

Marc LE DUC.


SOURCE : ICI

  


Camélia, Nilda Fernandez Forum


Ne pleure pas parce que quelque chose est terminé mais souris parce qu'elle a eu lieu.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:35    Sujet du message: Nilda Fernandez Presse 2009

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nilda Fernandez Forum Index du Forum -> Nilda Fernández -> Nilda Fernandez Revue de presse / Biographie 1991-2010 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SpaceDarkBlue by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com