Nilda Fernandez  Forum Index du Forum Nilda Fernandez Forum
Nilda Fernandez Forum du site de référence http://site.voila.fr/flash_news_nf/ 1999 -- 2010
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Site de références  




Concerts Actualité CD Discographie Biographie Presse

                                                
Nilda Fernandez Forum
Le site de référence
du Flash News

Flash_News_nf lien

         
                
                                                

Septembre 2008
Après près de 10 ans de bons et loyaux services

le Flash-News-nf étant un site à structure ancienne, il ne bénéficiait plus
des avantages des nouvelles technologie de l'internet et devenait
trop compliqué à gérer dans ces conditions.

Bien que le transfert de toutes les données et la mise en place d'un
nouvel espace prennent un temps certain si ce n'est un certain temps
cela devenait urgent.

Donc voilà, c'est fait !

Le Flash_News_nf reste en place mais la nouvelle structure xooit est opérationnelle
et va peu à peu prendre le relais. Toutes les infos, dates des concerts, photos,
vidéos, dossier de presse, discographie générale et par produits, livres,
biographie complète, pour un visionnement clair, facile et convivial ouvert à tous
sans inscription. Pour les membres qui s'inscrivent, une grande facilité pour
poster tous leurs matériels ou leurs messages, un espace privé avec mail
interne et bien d'autres possibilités et topics super-sympas.

Donc voilà, je me réjouis de vous retrouver sur le Nilda Fernandez Forum
et vous souhaite une agréable visite.

A très vite.
Chris

Flash_News_nf lien



  
 
 


     
Nilda Fernandez Biographie générale

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nilda Fernandez Forum Index du Forum -> Nilda Fernández -> Nilda Fernandez Revue de presse / Biographie 1991-2010
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chris
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juil 2008
Messages: 824
Localisation: Suisse

MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2008, 16:03    Sujet du message: Nilda Fernandez Biographie générale Répondre en citant

Nilda FERNANDEZ

Biographie

À l’adolescence, Nilda forme un groupe avec qui il va parcourir plusieurs pays d’Europe.
Au cours des années 80, il sillonne la France, la Belgique, la Suisse, l’Espagne, pour chanter seul ses propres compositions et enregistre, en 1981, un vinyle chez EMI Pathé qui obtient un succès d’estime. Yves Stavrides écrit alors : « De sa ville natale il a gardé l’élan populaire, mille fois brisé (…) mais à l’image de la mer, un élan toujours recommencé.(…)Son écriture, dénuée de cet excédent de bagages qu’est le didactisme, touche physiquement.(...)Doté d’une voix peu banale, il agacera car il ne ressemble pas à ses voisins.(…)artiste authentique, il puise nos vagues à l’âme sur les terrains vagues du quotidien. » Léo FERRE le prend sous sa protection et lui permet de faire ses premières parties.

1986 : Au cours d’une tournée en Suisse, Nilda FERNANDEZ fait la connaissance d’un éditeur qui l’encourage à en enregistrer "Madrid, Madrid".

Octobre 1987 : Le disque sort chez Francis Dreyfus (Jean-Michel JARRE, Michel PETRUCCIANI, Richard GALLIANO…) C’est un choc. Le grand public découvre une voix haut perchée, inhabituelle et le succès est au rendez-vous. Cette chanson sera reprise par Miguel BOSE.

1989 : Nilda FERNANDEZ disparaît pour préparer un nouvel album qu’il enregistre en neuf mois à l’HACIENDA, un studio dans le vignoble du Beaujolais.

Janvier 1991 : L’album sort pendant la guerre du Golfe. Deuxième choc. Dix chansons atypiques, chantées en espagnol et en français, qui passent sur toutes les radios. On s’arrache l’interprète sur toutes les chaînes de télévision. Un clip chorégraphié sur la chanson « Nos fiançailles », tourné dans les Alpes et réalisé en partie par l’artiste, atteint des records de programmation avec plus de trois cents passages. Le public ne s'y trompe pas : quelques 500.000 exemplaires de cet album sont vendus en moins d’un an.

Juillet 1991 : Nilda rencontre STING, chante avec lui au Palais des Sports de Bercy (Paris).

Octobre 1991 : Bien que figurant au fameux Top 50 des ventes de disques, il entame des tournées de saltimbanque avec une équipe de musiciens de plusieurs nationalités choisis pour leurs qualités musicales et émotionnelles.

Février 1992 : Nilda est cité cinq fois aux Victoires de la Musique comme « meilleur album », « meilleure chanson », « meilleure réalisation », « meilleur clip » et il est consacré « révélation de l’année ». L’album reçoit aussi le grand Prix de l'Académie Charles-Cros qui a déjà distingué, entre autres, Serge GAINSBOURG et Neil YOUNG.

Juin 1992 : Lors du tournage du vidéo-clip « L’invitation à Venise », Nilda tombe sous le charme de la Sérénissime. Il y retourne avec ses musiciens en Août 1992 pour répéter pendant deux semaines le nouveau spectacle parisien. Le travail se fait dans les salons du Palais BRAGADIN, protecteur de CASANOVA, où Nilda et ses musiciens offrent un concert acoustique à la lumière des chandelles.

Octobre 1992 : Trois semaines au THEÂTRE DE LA RENAISSANCE où Victor Hugo créa Ruy Blas. Les surprises de mise en scène imaginées par Nilda lui-même, la coque de bateau, les voiles, les lustres vénitiens sont encore aujourd’hui dans les mémoires du Tout Paris. L’artiste gagne alors la reconnaissance de ses pairs (BARBARA, Jane BIRKIN, Françoise HARDY, Francis CABREL…) qui ne tarissent pas d’éloges.

Novembre 1992 : Enregistrement à Madrid des versions espagnoles de l’album « 500 años » avec John TAYLOR. Rencontre avec Luz CASAL et Pedro ALMODOVAR.

Décembre 1992-février 1993 : Concerts en France et en Belgique francophone. Sortie espagnole de « 500 años ».

Mars 1993 : Promotion et concerts à BARCELONE, MADRID, VALENCE, SARAGOSSE, CORDOUE. « 500 años » est bien accueilli par le public espagnol et il s’en vend 40 000 copies mais c’est en Amérique latine que va se développer la carrière hispanique de Nilda FERNANDEZ.

Avril 93 : OLYMPIA de Paris. Jean Michel BORIS, directeur de ce lieu mythique raconte à Nilda les récitals d’Edith PIAF, de Jacques BREL… Pour les évoquer, Nilda s’entoure d’une quarantaine d’artistes de cirque qui envahissent les couloirs et les allées dès l’ouverture des portes. Une trapéziste est suspendue sur la scène où le public est invité à prendre des boissons. Nilda, sur scène et déguisé en caméraman, filme incognito. La première partie du spectacle est une féerie d’instruments étranges, de numéros de magie et de jonglage. À la fin, le chanteur en chapeau haut-de-forme et grande cape noire de magicien apparaît pour présenter chacun. La fin du concert est un moment d’anthologie. Nilda sera le seul artiste de l’histoire de l’OLYMPIA à la quitter par la grande porte. Dans la rue, des centaines de personnes le suivent jusqu’à l’Opéra Garnier, précédés d’une fanfare et de cracheurs de feu, sous les yeux incrédules des passants et automobilistes.

Juin 1993 : Une chanson, « Sinfanaï Retu », chantée dans une langue imaginaire, sert de générique à un talk show télévisé et contribue à sa popularité. Elle restera huit semaines dans les hit-parades français.

Juillet-août 1993 : Nilda part aux USA, au MEXIQUE, en ARGENTINE et au CHILI pour la promotion du disque « 500 AÑOS ». Celui-ci est salué par la critique unanime et fait d’excellents scores de vente en FLORIDE et au MEXIQUE.

Août–Septembre 1993 : Nouvel enregistrement. Cette fois, contrairement au disque précédent, Nilda ne s’isole pas. Il continue ses tournées tout en travaillant près de chez lui dans un studio de Montmartre.

Octobre 1993 : Présentation du nouvel album lors d'un concert unique au THEATRE IMPERIAL de Compiègne. Dix-sept musiciens et des arrangements signés Gilles COQUARD et Yvan CASSARD. Le concert est enregistré et commercialisé dans un coffret luxueux au tirage limité.

Novembre 1993 : Lluis LLACH, le célèbre chanteur catalan, symbole de la résistance contre le franquisme, invite Nilda FERNANDEZ pour un co-récital dans un festival à San Baudilio, près de BARCELONE. Les deux artistes se sont rencontrés au cours d’une émission de radio. Ils se respectent et s’admirent mutuellement. Lluis écrira un texte en catalan pour l’album « LOS DIAS AQUELLOS ».

Février-Mars 1994 : Tournées en FRANCE, en ESPAGNE.

Avril 1994 : Deux semaines de récitals dans une grande salle de BUENOS AIRES, LA TRASTRIENDA qui va devenir le port d’attache argentin de Nilda. Grand succès. Non loin de là, au théâtre OPERA, se produit la déesse de la chanson latino américaine, Mercedes SOSA. Elle découvre « 500 años » et veut immédiatement en connaître l’auteur. Nilda la rejoint sur scène pour interpréter « Mon amour » en duo. C’est le début d’une amitié et d’une admiration réciproque.

Avril 1994 : Concerts au CASINO DE PARIS. Pendant son show, Nilda invite sur scène Little BOB, rocker légendaire qui, à contre-emploi de son répertoire habituel, interprète des chansons italiennes de son enfance.

Mai 1994 : Rencontre avec Georges MOUSTAKI dans un festival. Les deux hommes se plaisent immédiatement. Au cours d’un repas, Georges propose d’adapter en espagnol, puis d’enregistrer avec lui, la chanson « Demande de réparation pour dommages de guerre ». Ils se retrouveront rituellement pour chacun des concerts parisiens de Georges (OLYMPIA, CASINO de PARIS, PETIT JOURNAL…). Nilda se souvient que son premier choc musical d’enfant fut « Milord » écrit précisément par Georges MOUSTAKI pour Edith PIAF.

Juin 1994 : Pour les FRANCOFOLIES de la Rochelle, Nilda propose à Lluis LLACH un récital commun, composé des chansons de chacun et interprétées alternativement par l’un ou l’autre. Les répétitions ont lieu en CATALOGNE, dans la maison de Lluis.

Juillet 1994 : Concert événement de Lluis LLACH et Nilda FERNANDEZ aux FRANCOFOLIES qui fera dire à Jean Michel BORIS, directeur de l’OLYMPIA : « C’est un des plus beaux spectacles que j’aie vus ».

Septembre 1994 : Mercedes SOSA propose d’inclure « Mon amour » dans son prochain album. Mercedes et Nilda tournent un clip chorégraphié et interprété par le danseur étoile argentin Julio BOCA. La chanson composée par Nilda lance « Gestos de Amor » de Mercedes SOSA, qui devient disque de platine quelques semaines après sa sortie. Rencontre avec le cinéaste Pino SOLANAS.

Octobre 1994 : Enregistrement à PARIS et à BUENOS AIRES de l’album « LOS DIAS AQUELLOS ».

Octobre 1994 - Juillet 1995 : Nilda FERNANDEZ délaisse un peu l’Europe et réside la plupart du temps en ARGENTINE, s’intéressant tout particulièrement à la musique populaire du continent sud américain. Il voyage en COLOMBIE, BOLIVIE, URUGUAY, lie des contacts amicaux avec des artistes tels que Fito PAEZ, Léon GIECO, Victor HEREDIA, Antonio BANDERAS.

Août 1995 : À l’occasion d’un concert à MONTREAL, Nilda longe pendant plusieurs semaines le Saint Laurent jusqu’au Havre Saint-Pierre, au bout de la route 134. Le hasard le conduit à MALIO TENAM, village amérindien où se déroule le festival de musique autochtone INNU NIKAMU (« L’être humain chante »). Il passe plusieurs jours au contact du peuple Montagnais, chante dans le festival, dort dans un wigwam. De retour à MONTREAL, il fait venir Bobby JOURDAIN, jeune chanteur amérindien rencontré au festival INNU NIKAMU, avec qui il interprète trois chansons. En quittant le QUEBEC, il sait que son prochain album, dont il n’a encore écrit aucune chanson, portera pour la première fois un titre : INNU NIKAMU.

Septembre 1995 : De retour en France, il publie un premier roman chez STOCK : « Ça repart pour un soliloque », écrit à la première personne et dont le narrateur est une femme. Ce livre reçoit un très bon accueil de la critique qui en célèbre l’écriture originale et aboutie.

Octobre 1995 : Rencontre avec Cathy GRIER, songwriter américaine qui vit à PARIS depuis six ans. Nilda lui propose de s’installer à NEW YORK pour enregistrer les versions anglaises de plusieurs chansons. À Manhattan, il loge dans l’appartement qu’occupa Charlie PARKER.

Octobre 1995 – Janvier 1996 : Pendant l’hiver new-yorkais, Nilda enregistre dix chansons en anglais qu’il ne cherchera jamais à commercialiser. Ce n’est qu’un prétexte pour se familiariser avec les méthodes de travail et la culture nord américaines.

Février–Mai 1996 : Peu à peu, une évidence : son prochain disque se fera à NEW YORK. Nilda apprend à connaître la plupart des studios de la ville dont les célèbres HIT FACTORY et POWER STATION. Il rencontre des producteurs, des ingénieurs, pour mieux s’orienter dans l’abondance des possibilités qu’offre cette ville. Pendant des mois, il fréquente l’underground new-yorkais devenant un fidèle du célèbre KNITTING FACTORY où il fait la connaissance d’artistes comme Arto LINDSAY, Cassandra WILSON, Marcus MONROE, Graham HYNES… Il commence à travailler quelques arrangements avec Bob TELSON, compositeur du film « Bagdad Café » dont la femme, Isabel, est la petite fille du célèbre poète espagnol Rafael ALBERTI, ami de LORCA.

Juin 1996 : Tous les artistes dignes de ce nom s’affrontent tôt ou tard à l’industrie du disque pour préserver leur liberté de création. Nilda n’échappe pas à la règle. Mis au courant d’un coup de force par lequel on veut l’empêcher de réaliser son disque comme il l’entend, il revient à Paris pour défendre son point de vue par les voies judiciaires. Il obtient gain de cause mais cela retarde la réalisation de son projet.

Décembre 1996 : Retour à NEW YORK. Nilda se souvient que Julio MARTI, producteur espagnol (Kiko VENENO, Calle 54, El CIGALA…) lui a parlé d’un pianiste de latin jazz, Michel CAMILO. Celui-ci a composé la musique du film hollywoodien de Fernando TRUEBA, « Two much ».

Décembre 1996 : Michel CAMILO est en concert à Zurich. Nilda s’y rend pour un soir et les deux hommes décident de travailler ensemble. Rendez-vous est pris pour le MIDEM à Cannes où Michel doit présenter à Nilda les musiciens et l’ingénieur du son avec qui ils vont travailler.

Mars–Mai 1997 : Le disque est enregistré à STAMFORD, Connecticut, au studio CARRIAGE HOUSE. Pendant un mois, Nilda, qui loge sur place, reçoit la visite quotidienne des grands musiciens que sont Michel CAMILO, bien sûr, mais aussi Anthony JACKSON, Cliff ALMOND, Chuck LOEB, Clifford CARTER et Dave VALENTIN. Un soir, Nilda se rend dans le sous-sol d’une église du QUEENS à la rencontre d’une chorale gospel capable d’enregistrer un cantique de son enfance. Pendant la semaine qui précède l’enregistrement des voix, il s’enferme dans un couvent de religieuses afin de mettre la dernière touche aux textes de ses chansons. Puis Michel, Nilda et Phil MAGNOTTI, l’ingénieur du son, arrivent à LONDRES pour enregistrer l’orchestre à cordes que Nilda a connu grâce à Eric SERRA, son voisin de la place des Abbesses, pendant l’enregistrement du « Cinquième élément » de Luc BESSON.

Juin–Juillet 1997 : À peine terminées les dernières séances de l’album INNU NIKAMU, Nilda FERNANDEZ, nomade dans l'âme, décide d'entreprendre une tournée assez particulière : « LA BALLADE DE NILDA ». Dans la tradition des troubadours, au rythme des roulottes tirées par des chevaux, il parcourt, avec ses musiciens, un trajet symbolique, celui de l’émigration de l’artiste entre BARCELONE et LYON. Chaque soir, la troupe se produit dans des villages, des hameaux, des villes, les étapes étant choisies en fonction des chevaux : trente ou quarante kilomètres, pas plus.

Août–Septembre 1997 : Le succès de la « Ballade » donne envie à tous de poursuivre jusqu’à PARIS. Commencée sans aucune publicité nationale, la tournée la plus modeste de l’histoire du show business attise la curiosité des plus grands médias parisiens qui se rendent sur place pour en faire des photos, des images, interviewer l’artiste. Peu à peu, la France entière se passionne pour cette équipée exemplaire où l’on sent la volonté de retrouver les valeurs de partage et d’itinérance. À ceux qui l’interrogent, Nilda ne cache pas le nom de ses inspirateurs : MOLIERE, GARCIA LORCA.

13 Septembre 1997 : Arrivée de la « Ballade » au THEATRE DE LA RENAISSANCE, lieu symbolique des débuts. La caravane et les chevaux provoquent des embouteillages dans PARIS et le public se bouscule pour un concert unique devant une scène jonchée d’objets collectés le long des routes : feuilles, branches, bouteilles de vin, bidons de lait, citrouilles, pancartes… Les chevaux stationnent sous la Porte Saint Martin.

Octobre 1997 : Nilda se rend à CANNES pour monter dans les locaux de RADIO FRANCE une série de vingt épisodes enregistrés pendant le trajet de la « Ballade ». Ce feuilleton sonore obtiendra un grand succès sur les ondes.

Décembre 1997 : Georges MOUSTAKI invite Nilda pour faire quelques concerts avec lui dans le Sud de l’ESPAGNE, pays où il connaît depuis longtemps un grand succès.

Janvier 1998 : À la suite de la « Ballade », le CASINO de PARIS programme Nilda FERNANDEZ pour la deuxième fois. Cette fois, l’artiste ouvre les portes avec une équipe de sept clowns mêlés au public et dont il fait partie, méconnaissable, affublé d’une échelle, grimé et déguisé en électricien ! Pour commencer le spectacle, les clowns montent sur scène et demandent au public de chanter. Le clown « électricien » se joint à eux. Les autres ont l’air de le reconnaître et, le débarrassant de son accoutrement, de ses fausses joues et de son nez rouge, révèlent au public qui n’en croit pas ses yeux, l’artiste qu’il est venu écouter. Dans la plus grande euphorie, tout le monde entonne alors « Milord », « Sous le ciel de Paris »… etc.

Avril–Juin 1998 : Nilda se rend en ARGENTINE pour la sortie du disque « NIÑA BONITA », version espagnole de « INNU NIKAMU » et pour préparer une tournée. Six musiciens, français et argentins, trois techniciens et un autobus autochtones, des aventures indicibles, des milliers de kilomètres dans la pampa à la rencontre des villes de la grande province argentine. En fin de tournée, trois concerts à LA TRASTIENDA avec la participation de Mercedes SOSA et Pedro AZNAR qui a joué longtemps avec Pat METHENY.

Juillet–Septembre 1998 : Michel CAMILO avait parlé à Nilda d’un disque de Ana BELEN pour le centenaire de la naissance de Federico GARCIA LORCA. Nilda compose des mélodies sur plusieurs poèmes et décide de les enregistrer en utilisant la complémentarité des guitares flamenca et sud-américaine. Il fait appel à deux virtuoses : Lucho GONZALEZ le péruvien (Chabuca GRANDE, Mercedes SOSA) et TOMATITO l’andalou (CAMARON). Mino CINELU co-réalise l’album enregistré sur les traces du poète à PARIS, MADRID, NEW YORK ET BUENOS AIRES.

Octobre 1998 : Sortie de « CASTELAR 704 » du nom de l'hôtel et de la chambre qu'occupa LORCA dans la capitale argentine d’octobre 1933 à mars 1934 et où Nilda séjourna pendant sa préparation. L’album reçoit l’appui chaleureux de Manuel FERNANDEZ MONTESINOS, neveu de LORCA. Au cours de la présentation à la presse, celui-ci présente l’album comme le travail de mise en musique « le plus abouti et le plus respectueux de la personnalité artistique de Fédérico ».

Novembre 1998 – Mars 1999 : Concert unique au CASINO de PARIS pour « CASTELAR 704 » avec le grand Gérardo NUÑEZ à la guitare flamenca. Nilda, de manière inattendue, ouvre le show en lisant, sur une petite table éclairée d’une lampe, une conférence de GARCIA LORCA à propos du flamenco. La présence de la danseuse flamenca Carmen CORTES et la qualité exceptionnelle de la musique jouée par Lucho GONZALEZ, Mino CINELU et Gilles COQUARD, font de ce concert un événement exceptionnel qui trouve son prolongement dans une tournée où le public se presse, nombreux, enthousiaste et comblé.

Juin-Octobre 1999 : Avant de passer le millénaire, Nilda veut revisiter les tubes français de son enfance et son adolescence. Avec Phil PALMER, Andy NEWMARK, Luis JARDIM (Mark KNOFFLER, ROLLING STONES, Tina TURNER) et des arrangements de Gilles COQUARD, il enregistre quinze chansons qu’il réunit sous le titre de « MES HOMMAGES… » où FERRE côtoie, Claude FRANCOIS, BARBARA, Franck ALAMO et GAINSBOURG, Mike BRANDT. Un exercice de style mais aussi une façon de retrouver l’essentiel sans élitisme.

Décembre 1999 : Nilda parraine l’opération « UN CARGO POUR CUBA » visant à contourner le blocus américain en apportant sur l’île du matériel de soins et de transport. Il se rend à LA HAVANE avec l’association qui organise la collecte et l’acheminement et rencontre des musiciens tels que Silvio RODRIGUEZ, Ernan LOPEZ NUSA, Inor SOTOLONGO. La traversée est prévue pour la fin de l’année. C’est le début d’une relation avec CUBA préfigurée par le poème de LORCA que Nilda à repris : « Iré a Santiago ».

Octobre 2000 : Il est temps de faire le point. Nilda entame un long travail de sélection et de compilation pour son BEST OF comme une manière de tourner une page en passant de l’autre côté du siècle douze de ses chansons connues et moins connues. Il réalise aussi un coffret de trois disques qu’il réunira sous le titre « COLLECTION PRIVEE », en mêlant des sons collectés pendant la « Ballade » et des chansons inédites. Pour la première fois, on entend des enregistrements de concerts.

Décembre 2000 : OLYMPIA. Depuis un an, la caravane des concerts offre un spectacle en deux parties. Il commence par l’univers des chansons de Nilda et bascule vers celui de LORCA par l’entrée sur scène d’un guitariste et d’une danseuse de flamenco Daniel et Sofia MANZANAS. Ce show est le dernier du chanteur dans une salle parisienne avant qu’il décide de partir, une fois encore, vers d’autres horizons.

Janvier 2001 : Nilda est invité à découvrir MOSCOU. Sur place, un chanteur russe, Boris MOÏSSEEV, qui le connaît depuis plusieurs années (il a inclus « Mes yeux dans ton regard » dans son spectacle) veut le rencontrer. La conversation a lieu dans un restaurant où MOÏSSEEV lui propose de collaborer. Pour le convaincre, le show man russe loge Nilda à l’Hôtel Rossia pendant plusieurs semaines.

Février 2001 : Enregistrement d’une chanson dont Nilda écrit le texte français. « Jour et Nuit » qui veut se rapprocher de ce que les Russes, nostalgiques de Joe DASSIN, aiment dans les compositions populaires françaises. Cette chanson est tout de suite programmée sur la radio russe numéro un, RUSKOYE RADIO.

Mars 2001 : Pendant ses séjours de plus en plus brefs en France, Nilda FERNANDEZ soutient activement la candidature de Bertrand DELANOË à la mairie de PARIS. Il accepte même d’apparaître sur la liste électorale du XVIII ème arrondissement où se trouve son domicile montmartrois.

Mars 2001 : Dans la salle de spectacles ROSSIA, Nilda participe à deux concerts de Boris MOÏSSEEV devant plus de cinq mille personnes. Le duo remporte un vif succès. Tout en donnant à MOÏSSEEV une caution internationale, il met Nilda sur l’orbite inattendue de la célébrité en RUSSIE et dans tous les pays de l’ancienne Union soviétique.

Avril 2001 : Aux antipodes du show business russe, quelque peu conventionnel, où il fait son entrée grâce au duo, Nilda fait venir ses musiciens français pour un concert à SAMARA, au bord de la Volga, et au PILOTE CHINOIS, club moscovite très à la mode. Les concerts reçoivent un accueil exceptionnel qui marque le début d’un engouement pour ce chanteur français si différent.

Mai 2001 : Sollicité par Orlando, Nilda écrit l’adaptation espagnole pour six chansons de HELENE SEGARA qui seront inclues dans l’album live de celle-ci.

Juin 2001 : Enregistrement à PARIS du clip de « Jour et Nuit » avec une équipe venue de MOSCOU. Dans le même temps, entre deux prises de vue, Nilda profite de son passage dans la capitale française et suit le travail en studio d’Hélène SEGARA pour les chansons qu’il a adaptées pour elle en espagnol.

Septembre 2001 : Nilda lance les « Saisons Françaises à Moscou », clin d’œil aux « Saisons russes à Paris » créées par DAGHILEV. Le projet répond à une attente du public russe qui ne connaît, parmi les chanteurs français contemporains, que Patricia KAAS ou Mylène FARMER.

Octobre 2001 : Concert dans la Salle TCHAÏKOVSKI, en plein centre de MOSCOU. Nilda commence par une chanson de Léo FERRE, de BARBARA et de Claude FRANÇOIS. Aux premiers étonnements succède un enthousiasme très démonstratif. Le final au rez-de-chaussée, dans le hall d’entrée, entouré de douze musiciens russo-français et suivi par un public fasciné, marque le début de la légende.

Novembre 2001 : Participation à l’émission « La chanson de l’année », filmée par la Première chaîne de télévision, pour la chanson « Jour et Nuit ».

Décembre 2001 : Pour le deuxième concert des « Saisons françaises », dans la même Salle TCHAÏKOVSKI, Nilda présente Claude NOUGARO au public russe. Les deux compères passent trois jours bras dessus, bras dessous. Au cours de sa conférence de presse, NOUGARO dit de Nilda : « C’est le Sud qui vient se perdre au Septentrion ».

Février – Juin 2002 : Pendant quelques mois, Nilda met sa carrière de chanteur entre parenthèses pour se consacrer à la venue de plusieurs chanteurs français dans le cadre des « Saisons ». Les moscovites découvrent ainsi MATMATAH, ANGGUN et surtout Georges MOUSTAKI, l’auteur de « Milord », que certains Russes attendent depuis près de trente ans !

Février 2002 : Boris MOÏSSEEV propose à Nilda cinq concerts à MOSCOU et deux ou trois à SAINT- PETERSBOURG. Un an après le premier duo, le public du chanteur russe s’est élargi. Les deux artistes décident de créer une deuxième chanson. Ce sera « À la croisée des chemins » où Nilda écrit encore les paroles françaises mais chante le refrain en russe.

Mars 2002 : Dans les deux capitales, les concerts font salle comble. La nouvelle chanson fait un triomphe. La complémentarité scénique des deux artistes saute aux yeux et apporte autant à l’un qu’à l’autre. À l’issue des concerts, MOÏSSEEV propose à Nilda de partir en tournée. Ce sera le début d’une aventure faite de hauts et de bas, de brouilles et réconciliations, sur fond de scandales dont sont friands les médias russes.

Avril – Juin 2002 : Nilda rejoint la tournée à OULAN-OUDE, au sud du lac BAÏKAL. Il découvre les grands espaces de la Russie orientale et ses populations qui l’accueillent sans oser croire qu’un artiste européen puisse venir jusqu’à eux. À BRATSK, les billets ne commencent à se vendre que le jour du concert, lorsque le bruit se répand que le « français » est bien là, en chair et en os. Dans le show, Nilda apparaît en deuxième partie, chantant le refrain de « Jour et nuit ». C’est chaque fois une immense ovation. Il enchaîne avec le deuxième duo à succès et une chanson de son répertoire. La tournée est un triomphe et les organisateurs locaux réclament de plus en plus les deux artistes. Festival de YURMALA près de RIGA. ROSTOV, TOGLIATTI, SAMARA, SARATOV … etc.

Juillet 2002 : Nilda participe à la traditionnelle tournée d’été sur la MER NOIRE. Sur l’affiche, les deux artistes sont à égalité. De SOTCHI à YALTA, c’est tous les jours une nouvelle ville balnéaire. Mais les billets ne se vendent pas comme souhaité. Cette année-là, les vacanciers russes préfèrent la Turquie, moins chère, mieux équipée. La tournée prend fin après le triomphe éclatant du duo au SLAVIANSKI BAZAR, festival de chanson russophone dans la ville natale de Marc CHAGALL en BIELORUSSIE.

Septembre 2002 : Une chaîne de télévision russe demande à Nilda de se prêter au jeu d’une émission consacrée au récit de sa rencontre avec Boris MOÏSSEEV. L’équipe de tournage se rend à VENISE, au Palais Bragadin où Nilda retrouve ses amis. Pour cette émission, le maire de Paris, Bertrand DELANOË, accepte d’apporter en images son témoignage d’amitié et d’admiration. Il saisit l’occasion pour envoyer un message d’amitié au « peuple russe ». Immédiatement après, Nilda retrouve Boris à KIEV pour un concert qui débute une tournée en UKRAINE.

Octobre – Novembre 2002 : tournées avec MOÏSSEEV dans la région de Moscou, dans les régions de l’OURAL et de la VOLGA.

Novembre 2002 : Un producteur russe propose une tournée solo à Nilda FERNANDEZ qui en informe Boris MOÏSSEEV afin d’arrêter les tournées communes où il se contente de présenter trois chansons, dont deux duos. Lui aussi artiste à part entière, il souhaite présenter au public russe, qui le connaît bien à présent, un éventail plus large de son art de la scène.

Décembre 2002 : Nilda est sollicité pour faire la mise en scène démesurée de l’ouverture de MEGA, la plus grande galerie marchande d’Europe. Il y dirige deux cents artistes, des acrobates, des musiciens, des clowns, un orchestre symphonique. Succès total. Nilda et Boris, pour la deuxième fois consécutive, participent à l’émission de la première chaîne « La chanson de l’année ». Cette fois, ils représentent « À la croisée ».

24 Janvier 2003 : Pour fêter le deuxième anniversaire de son arrivée à Moscou, Nilda organise avec le « Pilote Chinois » vingt-quatre heures de musique sans interruption. Pour ce marathon musical où se produisent quinze groupes russes, il invite quatre groupes français, dont SANSEVERINO. Son ami Jean Louis FOULQUIER de FRANCE INTER enregistre trois heures de programme diffusé en France pendant les semaines qui suivent.

Janvier 2003 : Pour l’accompagner pendant la tournée, Nilda recrute quatre jeunes musiciens russes (un accordéoniste, un batteur, un bassiste et un guitariste électrique) et un technicien son. Ils répètent pendant trois semaines dans un studio de la banlieue de MOSCOU pour mettre au point un spectacle composé des chansons de Nilda et quelques reprises de standards français.

Février – Mars 2003 : La tournée commence par SAKHALIN, ’île dans le Pacifique, elle passe par VLADIVOSTOK, CHITA, IRKOUTSK, BRATSK, NOVOSIBIRSK, OMSK, se poursuit dans les villes pétrolières du nord sibérien, SURGOUT, NIJNI VARTOSK, pour s’achever dans le sud à VOLGOGRAD, KRASNODAR… etc. Partout c’est un succès et une surprise. Dans ce pays où les artistes russes parlent de « peigner la province » pour aller chanter en play-back devant des gens avides de considération, Nilda FERNANDEZ et son équipe proposent un spectacle vivant, fait de réels échanges avec le public. Nilda s’exprime, plaisante en russe et tous les concerts se terminent avec un public debout, euphorique et reconnaissant.

Avril 2003 : Nilda est invité par l’Ambassade de France au TURKMENISTAN. Ce pays, fermé aux Russes depuis l’éclatement de l’Union soviétique, l’accueille à la fois comme un chanteur européen et comme une star russe. Le concert a lieu dans le Théâtre Pouchkine d’ACHKHABAD devant trois cents personnes au bord des larmes quand Nilda s’adresse à eux en russe.

Mai 2003 : Au retour de la tournée, Nilda enregistre dans des studios moscovites l’adaptation en russe de « Mes yeux dans ton regard », chanson préférée de Boris MOÏSSEEV qui devient « Historii a nas ».

Juin 2003 : Nilda FERNANDEZ est invité à LA HAVANE pour chanter dans l’immense Teatro Nacional. Pour mettre au point un répertoire de chansons en espagnol, il retrouve, à SANTIAGO de CUBA, les neuf musiciens de LA SONORA SAZONEANDO. Les répétitions se font dans la discothèque en plein air d’un hôtel au bord de la mer des Caraïbes. Le 21 juin, le concert à LA HAVANE est un succès total. La fusion est parfaite entre les compositions de Nilda et la culture rythmique et festive des musiciens pétris de musique afro-cubaine. Cette expérience donne à Nilda l’envie de recommencer d’une autre manière.

Juillet 2003 : De CUBA, Nilda s’envole pour le MEXIQUE - plus précisément SALTILLO – à la rencontre de musiciens en vue d’une tournée dans tout le pays. Les répétitions ont lieu dans les locaux de l’Alliance française.

Septembre 2003 : En ISRAËL, un habitant sur quatre est d’origine russe. C’est pourquoi, les producteurs locaux, lorsqu’ils pensent à Boris MOÏSSEEV, se donnent un atout supplémentaire en invitant Nilda FERNANDEZ. Les deux artistes donnent 8 concerts aux quatre coins du pays. Les salles sont combles et le public ravi.

29 Septembre 2003 : Nilda participe à l’Olylmpia de Georges Moustaki. Pour le première fois, il chante Milord devant son auteur.

Novembre 2003 : désireux de reprendre dans l’avenir le chemin des concerts avec une équipe de choix, Nilda se rend encore à CUBA dans le but d’écouter des musiciens et de trouver sur place les complices de ses prochaines tournées. À la HAVANE, il retrouve des amis qui lui ouvrent la voie des clubs de jazz. Il prend des contacts et se convainc de plus en plus de son désir de concerts en mêlant ses chansons à la musique cubaine, faite de culture classique et populaire. Le dernier jour, mêlé au public d’un concours de l’école supérieure de musique, il retrouve par hasard le pianiste Ernan LOPEZ-NUSSA qui participe au jury présidé par Chucho VALDES.

Décembre 2003 : En RUSSIE, C’est la finale du GRAMOPHONE d’OR, une distinction prestigieuse obtenue par plébiscite du public sur ROSKOYE RADIO pour les chansons les plus programmées. Depuis deux ans, « À la croisée » est devenue un titre incontournable et une des chansons qui a obtenu les plus de programmations annuelles. De plus, pour la première fois, la FM exclusivement consacrée depuis dix ans à la chanson russe a fait une exception : « À la croisée » comporte deux couplets en français ! Pour la France, Nilda enregistre un duo avec DORVAL. La chanson s’intitule « Il se fait tard ».

Janvier 2004 : Enregistrement à MOSCOU d’un boléro cubain avec des artistes tziganes. Il s’agit d’une chanson pour la bande originale d’un cout métrage tourné à Cuba par DAMIEN GATUMEL.

Février 2004 : Lors du passage de SALVATORE ADAMO à MOSCOU, Nilda se joint à lui pour interpréter « C’est ma vie » devant le public russe.

Mars 2004 : Boris MOÏSSEEV invite Nilda à fêter avec lui son anniversaire sur la scène de la salle Octobreskaya à SAINT PETERSBOURG et Rossia à MOSCOU. Dans cette dernière, sous la pression d’un producteur de télévision qui filme le concert, MOÏSSEEV chante le deuxième duo avec une protégée de la chaîne. Devant un tel manque de considération pour le travail accompli et pour le public qui a aimé la chanson avec les deux artistes, Nilda fait une déclaration en public pour marquer sa réprobation et décide de ne plus participer à rien qui concerne son collègue russe.

Mars 2004 : Deuxième séjour au TURKMENISTAN. Cette fois, Nilda répète avec deux musiciens turkmènes, une pianiste et un accordéoniste pour un concert qui laisse des centaines de gens dehors dans un grand théâtre archi comble. Il invite un jeune joueur de « doutar », instrument traditionnel pour interpréter une chanson andalouse. La fin du concert voit la scène envahie par des dizaines d’adolescents qui entonnent avec l’artiste et l’ensemble du public, la chanson « À la croisée » qui est devenue un hymne dans tous les pays russophones.

28 avril 2004 : Duo avec LARA FABIAN sur « La chanson des vieux amants » pendant le concert de cette dernière à MOSCOU.

15 Mai 2004 : Pour la Fête de l’Europe, Nilda organise un concert de MATMATAH à Moscou devant plusieurs milliers d’étudiants dans le célèbre GORKI PARK.

17 Mai 2004 : À Montauban, le Festival Alors Chante lui propose de faire l’ouverture. Nilda s’entoure de deux « anciens » : Gilles COQUARD et Stefano GENOVESE pour donner ce spectacle qui sera le premier en France depuis trois ans. Le public, transporté, lui prodigue des témoignages de sympathie. La presse titre « Le retour de Nilda FERNANDEZ ».

25 mai 2004 : Au retour du festival, Nilda apprend que le grand pianiste cubain Ernan LOPEZ NUSSA se produit au NEW MORNING à PARIS et souhaite interpréter une chanson avec lui. Ce sera « La vie en rose » dans une version d’une très grande finesse. Après le concert, les deux artistes se parlent. Ils veulent réfléchir à des projets communs.

26-27 mai 2004 : Répétitions à Toulouse dans le local de ZEBDA pour la préparation de la Fête de l’Espoir à Genève.

28 Mai 2004 : Concert en duo avec MOUSS ET HAKIM et leurs musiciens à GENEVE.

Septembre 2004 : Nilda délaisse la Russie pour se consacrer à la conception et l’élaboration d’une tournée internationale avec Ernan LOPEZ NUSSA qui débutera en 2005 à LA HAVANE à l’occasion de l’inauguration de la Maison VICTOR HUGO.

Décembre 2004 : Enregistrement en Belgique au studio ICP d’une chanson de NINO FERRER « Scopare » avec RODOLPHE BURGER. Cette chanson doit faire partie d’un album « tribute » publié par Universal.

Janvier/mars 2005 : Nilda délaisse la Russie pour se consacrer l’inauguration événementielle de la « Maison Victor Hugo » à LA HAVANE. Il passe deux mois dans la capitale cubaine et s’entourant d’artistes talentueux tels qu’Isabel BUSTOS, Harold LOPEZ NUSSA, il réunit en un seul soir des groupes de l’école du cirque, une harmonie de l’école de musique, deux chorales, la compagnie Retazos. En tout, près de 250 participants vont offrir un spectacle varié et destiné au plaisir d’un public familial dans l’AMPHITHEÂTRE de la Vieille Havane.

Avril 2005 : A La HAVANE, Nilda rencontre un jeune pianiste virtuose, ALDO LOPEZ GAVILAN, élève de CHUCHO VALDES. Ils répètent un répertoire de chansons en espagnol et en français destiné à parcourir le monde.

Mai 2005 : Nilda parraine la finale du concours de la chanson française à WUHAN (Chine) organisée par l’ambassade de France à Pékin.

Juin 2005 : Tournée à HONG KONG et MACAO avec ALDO LOPEZ GAVILAN, spécialement venu de LA HAVANE.

3 Septembre 2005 : Nilda Fernandez a eu la confiance et l’appui des Mairies de Paris et Moscou pour l’organisation du concert « Bonjour Paris ! » pendant les FETES DE MOSCOU. 4 groupes français (dont Yves JAMAIT) enchantent 4 000 personnes pendant quatre heures.

Octobre 2005 : Signature avec le Ministère de la Culture cubain d’un accord pour la réalisation d’un spectacle de cirque, danse et musique sous chapiteau à LA HAVANE. Ce spectacle se nommera Las Noticas del Mundo. La partie cubaine donne les moyens artistiques, Nilda s’engage à écrire et mettre en scène le spectacle.

Novembre 2005 : Tournée de dix concerts dans tout le territoire du QUEBEC (CANADA) avec ALDO LOPEZ GAVILAN dans le cadre du Coup de Coeur francophone de MONTREAL..

Février 2006 : Deux concerts à MOSCOU dans la grande salle de la Maison de la Musique (1700 personnes). Accompagné par son complice, ALDO LOPEZ GAVILAN mais aussi par des fidèles musiciens français, GILLES COQUARD et MARCEL LOEFFLER, soutenu par les vingt musiciens de l’orchestre à cordes ERMITAGE et les cuivres d’Igor BUTMAN, Nilda enchante le public nombreux venu pour l’applaudir.

Mars 2006 : Concerts piano/voix à travers la FRANCE. Voyage à LA HAVANE pour préparer le travail de casting des numéros pour Les Nouvelles du Monde.

Mai 2006 : Tournée dans l’Extrême Orient russe (KAMTCHATKA, SAKHALINE, VLADIVOSTOK, KHABAROVSK... etc) avec ALDO LOPEZ GAVILAN. Grand succès dans des villes qui voient peu de tournées avec des artistes internationaux de cette qualité.

Juin 2006 : Répétitions de Las Noticas del Mundo sous chapiteau à LA HAVANE. 30 artistes de cirque (12 numéros), 10 danseurs.

10-20 Juillet 2006 : Représentations de Las Noticas del Mundo à LA HAVANE. La musique originale pour orchestre est signée Gilles COQUARD et Nilda FERNANDEZ. C’est un grand succès populaire et artistique.

Septembre 2006 : Concert à BARCELONE avec l’Argentin PEDRO AZNAR. Concert à SARREBRUCK (Allemagne) en solo.

2007 :
sortie de bestov 2, tournée voix-guitare en France, Belgique et Suisse

juillet 2008 : participation " Aux bancs publics " pour la réalisation de Sylvie Brunet


Source jusqu'en 2006: eos-group.be





<center>


*** C'est un Soleil qui s'est levé pour illuminer nos nuits ***</b></center>
<br>
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 8 Aoû 2008, 16:03    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nilda Fernandez Forum Index du Forum -> Nilda Fernández -> Nilda Fernandez Revue de presse / Biographie 1991-2010 Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SpaceDarkBlue by Mojy, © 2003 Mojy - Mojytech
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com